Préparatifs des épreuves certificatives : Tony Mwaba rassure que tout baigne dans l’huile

“J’ai fait cette descente à l’Inspection Générale pour voir le degré d’avancement des opérations préalables à la tenue effective des épreuves certificatives. Le constat est que tout se passe bien, tout baigne dans l’huile”, a déclaré le ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, le professeur Tony Mwaba Kazadi au terme de sa visite effectuée ce lundi 13 juin 2022, à l’imprimerie de l’Inspection Générale de l’EPST dans la commune de la Gombe.

Accueilli par Mme le Secrétaire Général intérimaire à l’EPST, Christine Nepa Nepa Kabala, l’Inspecteur Général de l’EPST, Jacques Odia Musungay et les membres de son Cabinet, le ministre Tony Mwaba a visité les salles d’impression, d’empaquetage, du dispatch des malles, de mixage et de colisage où sont reparties les ITEMS des épreuves certificatives. L’Inspecteur Général a expliqué au ministre le rôle de chaque salle et les différentes étapes à franchir avant les épreuves proprement dites.

“Au finish, les malles des ITEMS sont remises aux IPP qui a leur tour les mettent à la disposition de l’ANR qui ne va les ouvrir qu’au jour des épreuves. Nous sommes actuellement à l’étape du colisage et de l’expédition des ITEMS dans les différentes provinces du pays”, a précisé Jacques Odia.

Ensuite, le patron de l’EPST a été accueilli au bureau de l’Inspecteur Général, qui lui a détaillé l’évolution du travail et lui a également fait un briefing sur la livraison des titres scolaires, avant de le conduire dans la salle de rédaction des diplômes où sont traitées les photos de chaque candidat.

Après avoir visité toutes les salles de l’imprimerie de l’Inspection Générale de l’EPST, le professeur Tony Mwaba Kazadi a indiqué que cette descente s’inscrit dans la logique de la règle de “Trois C” : Commander, Contrôler et Corriger.

“Il ne suffit pas seulement de donner des ordres au bureau, il faut aussi descendre sur le terrain pour vérifier si les instructions données sont respectées. Et s’il y a des dérapages, il faut corriger”, a dit le ministre de l’EPST.

Christian BELLA

Site Officiel MINEPST