Rationalisation des bureaux gestionnaires : la Vice-Ministre Aminata Namasia installe le Comité technique national

La Vice-Ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, Aminata Namasia, a présidé une double cérémonie, ce jeudi 01 décembre 2022, au cercle de Kinshasa dans la commune de la Gombe, en présence de Madame le Directeur-Chef des services du Service National d’Identification des Elèves (SERNIE), Mathilde Inzun On’Sakatom, représentant Madame le Secrétaire général à l’EPST.

Cette double cérémonie a eu comme points principaux inscrits au programme du jour l’installation officielle du Comité Technique National de Rationalisation, CTNR, et la validation des programmes des humanités pédagogiques rénovées. Plusieurs personnalités de l’administration centrale de l’EPST et des représentants des Partenaires Techniques et Financiers ont massivement répondu à l’invitation de Madame le Secrétaire Général.
Les deux cérémonies organisées concomitamment ont pour direction d’ancrage la Direction de la Formation des Enseignants et des Bureaux Gestionnaires. La première activité menée par la DIFORE-BG, c’est-à-dire l’installation du CTNR, est placée dans le cadre de la réforme administrative, financière, patrimoniale et humaine des Bureaux Gestionnaires appelée Rationalisation des Bureaux Gestionnaires et des établissements publics d’enseignement. Elle est mise en œuvre dans le cadre du Projet d’Equité et de Renforcement du système éducatif- PERSE, appuyé par la Banque mondiale, tel que l’a souligné le Coordonnateur-adjoint du PERSE, Guy Lombela Wembo, dans son mot de circonstance.

La rationalisation des Bureaux Gestionnaires et des établissements publics d’enseignement est un processus par lequel le système éducatif, dans le sous-secteur de l’EPST, sera rendu plus efficace et efficient, selon les explications fournies par Madame la Représentante du Secrétaire Général, dans son discours. Elle a ajouté que ces bureaux gestionnaires seront dotés d’un personnel en tenant compte de besoins réels.
PERSE exécute la rationalisation des BG conformément à l’accord de partenariat entre le Gouvernement et la Banque mondiale, car elle est l’un de 7 engagements pris par le Gouvernement pour renforcer l’application de la gratuité de l’enseignement primaire. En effet, le Directeur Yoka a parlé, dans sa présentation, des études menées sur les bureaux gestionnaires existants et qui démontrent le lien intrinsèque entre la gratuité de l’enseignement primaire et la rationalisation. Le contexte désormais dessiné et dicté par la gratuité rend impérative cette réforme pour pouvoir dégager les ressources nécessaires pour la pérennisation de la gratuité de l’enseignement primaire.

La rationalisation a un champ d’application qui comprend les bureaux gestionnaires et les établissements d’enseignement existants et ceux à créer. Ainsi, afin d’encadrer le processus et de le rendre plus conforme aux normes qui seront établies, un arrêté ministériel crée les comités techniques de rationalisation au niveau central et des provinces, selon la belle présentation du Directeur Yoka. On y retient aussi que la mission principale du CNTR installé ce jour est de coordonner le processus de rationalisation des bureaux gestionnaires et des écoles publiques sur l’ensemble de la RDC.

Avec plus de solennité dans son allocution, la Vice-Ministre Aminata Namasia, avant d’installer le CNTR, a d’abord rappelé les trois ressources éducatives qui accompagnent la rationalisation. Elle a souligné que cela est possible, grâce à la volonté politique du Chef de l’Etat. Elogieuse aussi face au Ministre Tony Mwaba Kazadi, la Vice-Ministre a prononcé son discours en reconnaissance des efforts du patron de l’EPST en faveur de ce ministère. Elle a également salué les efforts considérables de PERSE à accompagner l’EPST pour asseoir une gestion axée essentiellement sur les résultats.

Par ailleurs, elle a sollicité l’adhésion de toutes les parties prenantes pour la réalisation de cette réforme dans sa globalité, tout en rassurant que le gouvernement de la République Démocratique du Congo, avec l’appui technique et financier ainsi que l’accompagnement des partenaires éducatifs évoluant dans le sous-secteur, mettra tout en œuvre pour relever les autres défis liés à la généralisation des réformes qui ont été à l’honneur à la double cérémonie du 1er décembre 2022.

Notons que 14 de 17 membres du CNTR ont été solennellement installés par la Vice-Ministre, après lecture du Procès-Verbal et sa signature par chacun des membres présents. Un kit préparé par PERSE a été remis à chaque membre par la Vice-Ministre en guise de symbole de travail.

L’installation du CNTR vient de clôturer les activités liées à la sensibilisation sur les BG. D’autres suivront dès l’année prochaine pour aboutir entre autres à l’élaboration des plans de rationalisation.

Fleury Dala et Mussa Magalie, avec la collaboration de Pelengamo Dorcas

Site Officiel MINEPST