Lancement officiel de validation des programmes de réforme de la formation initiale des enseignants des six premières classes de l’éducation de base

La professionnalisation de la formation des enseignants et la mise en place de l’éducation de base de 8 ans constituent deux de dix réformes prioritaires de la Stratégie Sectorielle de l’Education et de la Formation 2016-2025.

Depuis 2019, le Ministère de l’EPST conduit, dans ce cadre, une réflexion sur la formation initiale des enseignants et enseignantes de six premières années de l’éducation de base.

Cette réflexion a abouti à la production d’un paquet de 6 documents et à l’élaboration du programme de formation pour enseignants et enseignantes de six premières années de l’éducation de base dans des structures dénommées Instituts de formation aux métiers de l’enseignement (IFME).

C’est Madame le Vice-Ministre de l’EPST, Aminata Namasia, qui a officiellement lancé la validation de ces documents de réforme de la formation initiale des enseignants et enseignantes, du programme transitoire des humanités pédagogiques rénovées et du programme de formation des enseignants et enseignantes dans des IFME.

C’était au cours d’une double cérémonie haute en couleurs organisée, ce jeudi 1er décembre 2022, au Cercle de Kinshasa, dans la commune de la Gombe.
La première partie de la double cérémonie a consisté à l’installation du Comité Technique National de Rationalisation, dans le cadre de la réforme administrative, financière, patrimoniale et humaine que mène le Ministère pour asseoir durablement la gratuité de l’enseignement primaire décrétée par le Président de la République, depuis 2019.

Des hauts-cadres de l’administration centrale et provinciale de l’EPST conduits par Madame le Directeur-Chef des Services Mathilde Inzun On’Sakatom représentant Madame le Secrétaire Général, des représentants des Partenaires Techniques et Financiers et des experts des projets en exécution à l’EPST notamment PAQUE et PERSE, ont réhaussé de leur présence cette cérémonie. Les délégués de ces différents groupes susmentionnés n’y étaient pas en simples acteurs car ils ont contribué substantiellement pour la plupart d’entre eux à ce travail immense de la reforme de la formation initiale des enseignants et enseignantes de six premières années de l’éducation de base.

Ce travail a été dirigé au niveau administratif par la Direction de Formation des Enseignants et des Bureaux Gestionnaires (DIFORE-BG) qui avait mis en place la Taskforce Formation Initiale des enseignants appuyée par des experts internationaux du Bureau d’appui curriculaire aux systèmes éducatifs (BACSE Inc.). L’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO), le projet PAQUE et le Secrétariat Permanent d’appui et de coordination du secteur de l’éducation (SPACE) ont appuyé techniquement et financièrement les travaux de la Taskforce pour le MEPST.

C’est de bon aloi qu’à l’attention d’autres participants et de la presse invitée, Madame Wali Belade, Coordonnatrice adjointe du PAQUE, a tenu à souligner avec fierté cet apport du projet quinquennal qu’elle a mené et qui se clôture le 31 décembre 2022. La touche du PAQUE est désormais indélébile.

Le représentant du bureau de l’Unesco à Kinshasa, Isaias Barreto Darosa, a salué, pour sa part, la détermination du Ministre Tony Mwaba Kazadi pour la relève du système éducatif congolais grâce à l’accompagnement des partenaires techniques et financiers et autres partenaires œuvrant dans ce secteur.

De son côté Alexis Yoka, Directeur-Chef des services à la DIFORE-BG, a fait savoir que la production du référentiel professionnel des enseignants tient compte des situations dans lesquelles preste l’enseignant congolais, pour souligner que la Taskforce a tropicalisé la réforme pour la rendre appropriée au contexte congolais. Il a rappelé que ces ressources éducatives produites par la Taskforce de formation des enseignants revêtent un caractère important et vont être validées dans le Plan national puis remises pour expérimentation aux acteurs du système éducatif congolais. Il a également fait savoir que le démarrage du programme transitoire des humanités pédagogiques rénovées pourrait intervenir dès la rentrée 2023-2024.
Le Directeur Yoka a souhaité que chaque opérateur pédagogique donne le meilleur de lui-même et fasse le suivi durant la phase expérimentale afin d’une évaluation objective avant la généralisation de la reforme à l’échelle nationale.

La Vice-Ministre a trouvé des mots justes à l’endroit de tous les acteurs impliqués, en saluant leurs efforts, tout en rendant hommage au Président de la République qui a dessiné le cadre de la transformation du système éducatif par sa volonté politique pro-éducation.
En guise du rituel du lancement de processus de validation, le Représentant de l’UNESCO a remis, au nom de la Taskforce, à la Vice-Ministre les ressources éducatives. A son tour, Madame la Vice-Ministre les a officiellement confiées aux bons soins de Mme Inzun représentante de Madame le Secrétaire Général pour réception et entame de la dernière ligne du processus commencé en 2019. Tout cela après une séance de présentation PowerPoint des programmes de formation des enseignants et enseignantes dans les Humanités Pédagogiques Rénovées et les IFME par Monsieur Timothée Kazadi, Chef de Division à la DIFORE-BG.

Sous l’impulsion de la réforme sur la formation initiale des enseignants et enseignants de six premières années de l’éducation de base, les professionnels de la craie blanche seront désormais revalorisés et leur métier atteindra une nouvelle cime. Quel beau métier !

Magalie MUSSA et Maryella SULA

Site Officiel MINEPST