Retrait des diplômes et des titres scolaires en souffrance : ce qu’il faut savoir

Retirer les diplômes et d’autres pièces scolaires en souffrance semble un casse-tête pour certains parents ou leurs enfants, lauréats à l’examen d’Etat en République démocratique du Congo. Entre la désinformation autour de  la question et des procédures supposées longues pour le retrait de ces pièces, les nouveaux diplômés s’inquiètent de plus en plus, faute d’informations.

En effet, le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et technique ( EPST) via l’inspection générale a mis  en place de  nouvelles orientations pour simplifier davantage le retrait de ces titres scolaires exigés dans toutes les administrations à travers le monde.

Voici ce qu’il faut savoir ? 

Ces nouvelles orientations sont contenues dans un communiqué du  18 octobre 2022, signé par l’inspecteur général adjoint chef de service d’équivalence, pièces et titres scolaires, Tshimanga Laurent. Ce document, selon ce cadre de l’EPST, vient mettre de l’ordre dans la réception hebdomadaire des visiteurs.

Le  mercredi de chaque semaine est réservé à la « demande des titres et Pièces scolaires de 9 h à 14 ». Le vendredi est quant à lui réservé au retrait de ces titres, toujours de 9h à 14h. Le retrait se fait le troisième vendredi après l’introduction de la demande, précise le communiqué, moyennant la présentation de la preuve de paiement de la fiche de demande, qui coûte  10 000 FC.

Le candidat demandeur ou son mandataire remplissent la fiche sans rature ni surcharge, dans un strict respect des rubriques du formulaire. La fiche est déposée  auprès de l’inspecteur ou son remplaçant.

Toutefois, « les coordonnées doivent être exactes et précises en vue de faciliter les recherches dans les archives », précise le communiqué.

Cette procédure est la même pour ce qui est du retrait d’autres titres scolaires notamment  la certification (document livré lorsqu’on a perdu son diplôme), le relevé des notes aux examens d’Etat, qui servent des pièces témoins de la réussite du candidat aux examens d’Etat.

Pour le retrait de certification

Pour l’obtention de la certification, le récipiendaire est appelé à présenter soit la photocopie du diplôme perdu, soit les bulletins de cinquième et sixième des humanités.

« Une personne autre que le récipiendaire doit exhiber une procuration claire bien libellée et légalisée par une autorité légalement établie », explique le communiqué. Et d’ajouter : « le mandataire doit être muni de ses pièces d’identité et de la photocopie de celles de la personne qui l’a mandaté ».

Authentification de diplôme

Pour ce qui est de l’authentification du diplôme et des titres scolaires, la demande doit « s’adresser au ministre et à l’inspecteur général et y joindre la photocopie du titre scolaire à authentifier », renchérit le communiqué.

 De nos jours, il est possible de retirer sur place à Kinshasa les diplômes d’Etat pour  toutes les provinces éducationnelles. La fiche  s’achète et se remplit sur place soit par le récipiendaire lui-même, soit par son mandataire, contrairement à ce qui se faisait dans le temps.

Rappelons que pour ce qui est des diplômes d’Etat session 2015, « les imprimés de valeur sont à la disposition de l’inspection générale pour leur rédaction », conclut le communiqué.

Thierry Mbebangu

Site Officiel MINEPST