COVID-19: Le Directeur National chargé du TENAFEP donne plus de précisions sur les propos de Willy Bakonga portant sur l’inopportunité d’une année blanche

Si les rumeurs d’une probable année blanche en RDC ne cessent d’être balayées par le ministre d’État à l’EPST, Willy BAKONGA WILIMA, l’un des organisateurs des épreuves des finalistes en RDC a de son côté, s’appuyant sur les propos du ministre d’État, levé l’équivoque sur cette incertitude qui petit à petit semble partir aux oubliettes pour les élèves Congolais.

En effet, dans un échange accordé hier vendredi aux collègues de l’Agence Congolaise de Presse (ACP), Adon Mulonda, Directeur National chargé du Test National des Finalistes du Primaire (TENAFEP), a confirmé que le mot d’ordre du ministre d’État, Willy BAKONGA, fait aux écoles de préparer leurs finalistes aux épreuves de fin de cycle primaire et de l’Examen d’Etat serait observé à la loupe depuis le début de ce mois de juin dans sa direction.

Pour lui, si sur le plan sanitaire les dispositions sécuritaires relatives à la mise en œuvre des gestes barrières sont prises pour protéger les élèves pendant les préparatifs et la présentation des examens de fin d’années, sur le plan pédagogique, outre la révision des matières achevées, les Items reprenant l’ensemble des matières programmées pour chaque leçon seraient à ce jour entrain d’être repassés au peigne fin.

C’est donc pour ces raisons que monsieur Adon Mulonda a encouragé les parents d’élèves à prendre au sérieux les propos du ministre d’État Willy BAKONGA sur l’inopportunité d’une année scolaire blanche au regard de la consommation des 150 jours, et étant donné qu’il ne resterait qu’au minimum 30 jours pour parachever l’année scolaire. Pour le directeur national chargé du TENAFEP, les vacances de septembre pourraient juste être écourtées pour récupérer des jours pour les élèves.

« Si la rentrée des classes est fixée au 3 septembre et qu’il y a encore 2 mois dont 1 mois ou 50 jours peuvent être récupérés, quitte à écourter le moment de pause générale, il y a de quoi faire foi à sa parole. Le ministre de l’EPST est également un chevronné dans son secteur et sait qu’il y a donc possibilité en dépit de la pandémie », a conclu le Directeur National, Adon Mulonda.

André MUSHONGO

Share Button