Gratuité de l’éducation de base en RDC : Un cap a été franchi au Kempinski Fleuve Congo Hôtel

Share Button

Il s’est tenu du 22 au 24 août 2019, au Kempinski Fleuve Congo Hôtel de Kinshasa, la 2ème Table ronde nationale sur la gratuité de l’Education de base en République Démocratique du Congo. Placées sous le Haut Patronage du Président de la République Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, ces assises, s’inscrivent dans le processus de matérialisation de la volonté et de la détermination du chef de l’état, à rendre effective la gratuité de l’Education de base sur toute l’étendue du territoire nationale dès la rentrée scolaire 2019-2020.

La deuxième table ronde nationale sur la gratuité de l’éducation de base a réuni 225 participants dont les représentants des Cabinets du Chef de l’Etat et du Premier Ministre, des Ministères des Finances, du Budget, de la Fonction publique et de l’EPSP, les Ministres provinciaux en charge de l’éducation et les Directeurs provinciaux de l’EPSP, les représentants des associations des parents d’élèves, des confessions religieuses, des syndicats des enseignants, de la société civile ainsi que des partenaires techniques et financiers. L’objectif  était de réfléchir, sur les modalités pratiques de mise en œuvre effective de la gratuité de l’Education de base dès la  rentrée de classe au mois de septembre 2019.

Au bout des trois jours des travaux intenses, il a été recommandé au gouvernement de la république, la prise en charge des enseignants (débout et assis) non payés et nouvelles unités et l’amélioration des salaires de tous les enseignants ; l’octroi d’une prime de diplôme aux enseignants pédagogues  et d’une prime de technicité  aux enseignants d’écoles techniques et professionnelles ; la généralisation  et  revalorisation des frais de fonctionnement à toutes les écoles d’éducation de base et à tous les bureaux  gestionnaires ; la valorisation  de la prime  d’itinérance des inspecteurs ; la restauration d’une prime de brousse au profit des enseignants des milieux ruraux.

Au Ministère de l’EPSP, Il a été  recommandé de procéder au recrutement de nouveaux inspecteurs  et enseignants, en vue de garantir un meilleur encadrement pédagogique de proximité.

Aux partenaires éducatifs, il a été recommandé d’accompagner le gouvernement dans ses efforts de mise en œuvre de la gratuité de l’éducation de base.

La table ronde a décidé également :

–  La création d’une taxe de solidarité pour augmenter le financement interne de l’éducation et diminuer ainsi la pression sur les ménages en ce qui concerne le financement de l’éducation ;

–  La restructuration du FPEN dans l’optique d’y insérer des financements innovant, durable, soutenable et écologique du point de vue du droit à l’éducation ;

–  Obliger les Chefs d’établissements à rembourser immédiatement les frais d’acompte et autres frais perçus auprès des élèves dans les établissements publics d’enseignement concernés par la gratuité ; 

–  Ouvrir de nouvelles classes et engager de nouveaux enseignants pour les nouvelles classes créées ;

–  Payer tous les enseignants engagés pour couvrir les nouvelles classes ;

–  Réhabiliter les bâtiments et classes délabrées ou à finir et les équiper en mobilier ;

–  Assurer le suivi et l’évaluation de la mise en œuvre de la gratuité, à tous les niveaux, en réactivant le Décret du Premier Ministre mettant en place la Commission interministérielle chargée du suivi-évaluation de la mise en œuvre de la gratuité ;

–  Prendre l’arrêté d’admission au corps des inspecteurs de la 8ème  Edition et les mettre en service ;

–  Rationaliser la création et le fonctionnement des écoles et des Bureaux gestionnaires ;

–  Recenser et identifier les enseignants, avec un focus sur les non-payés et les nouvelles unités ;

–  Sanctionner les chefs d’établissements et les gestionnaires qui iront à l’encontre des dispositions relatives à la gratuité.

Dans son mot de clôture, le Ministre intérimaire de l’EPSP a invité toutes les parties prenantes à se mettre en action, au regard des résolutions de ces assises :   

« A présent, il ne nous reste plus qu’à nous rendre sur le terrain, afin de la matérialisation de ces résolutions. Nous ne devons plus qu’agir à nos différentes positions, aussi bien au niveau central, provincial et local », a précisé Emery OKUNDJI.

Le Ministre a.i de l’EPSP a souligné en outre que l’objectif actuel, est de se focaliser sur les mesures qui ont été prises au cours de cette table ronde, toute en reconnaissant que ce qui reste à faire n’est pas une tâche aisée :

« Notre objectif, devra être désormais la concrétisation de toutes les mesures d’encadrement et d’accompagnement issues de cette table ronde, qui a réuni toutes les parties prenantes. Je dois donc avouer, qu’une tâche encore plus ardue nous attend, chacune et chacun dans sa sphère de responsabilité. Nous devons dès lors, exécuter notre mission avec dévouement et patriotisme, et ce avec le moyen matériel et financier disponible, toute en continuant à réfléchir autour des voies et moyens de mobilisation des ressources nécessaires, pour assurer à la jeunesse de notre pays la pleine gratuité d’accès à l’éducation de base », a renchéri Emery OKUNDJI.

Pour le Ministre intérimaire de l’EPSP, les parties prenantes doivent poursuivre les études et réflexions autour du financement de l’éducation de base pour les enfants de la RDC, enfin qu’elle soit accessible gratuitement à tous.

Christian BELLA