À Kenge, Tony Mwaba a invité les PROVED du Grand Bandundu au travail acharné pour atteindre les objectifs attendus

Dans le cadre de sa mission d’itinérance et d’orientations, le ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST), le professeur Tony Mwaba Kazadi, accompagné de Mme le Secrétaire Général intérimaire, Christine Nepa Nepa et de l’Inspecteur Général, Jacques Odia, a présidé une réunion avec les Directeurs Provinciaux de l’EPST (PROVED), les Inspecteurs Principaux Provinciaux (IPP), les Directeurs Provinciaux du Service de Contrôle et de la Paie des Enseignants (DIPROSEC), ainsi que tous les responsables des Sous-Divisions, des Pools de l’Inspection de l’EPST et les Chefs d’Antennes du SECOPE, en présence des députés nationaux et provinciaux, élus du Bandundu, le ministre provincial en charge de l’Éducation, l’Intersyndicale de l’EPST, l’Association Nationale des Parents d’Élèves et d’Étudiants du Congo (ANAPECO) et les militants de l’UDPS et du CDR, dimanche 13 mars 2022, dans la salle Rotonde dans la Cité de Kenge, dans la province du Kwango. Cette séance de travail intervient après celles du Kongo-Central et de la ville province de Kinshasa.

Parmi les questions abordées au cours de cette réunion, figurent : les états des lieux des 8 provinces éducationnelles qui composent l’ancienne province de Bandundu, les orientations du ministre national portant sur le suivi de la gratuité de l’enseignement primaire et la lutte acharnée contre les antivaleurs qui s’inscrit dans le cadre de sa politique du redressement du sous-secteur de l’EPST.

Dans leurs présentations, tous les PROVED ont rassuré au professeur Tony Mwaba que la gratuité de l’enseignement primaire est effective dans toutes les huit provinces éducationnelles. Ceux qui se sont évertués à saper cette vision du Président de la République, pilotée par le patron de l’EPST ont été sévèrement sanctionnés, notamment certaines religieuses qui ont été surprises en flagrant délit.

Ils ont aussi fait savoir au ministre national qu’ils sont en pleine compagne de sensibilisation, émaillée des ateliers de formation, organisés dans le but de pérenniser la réforme de la gratuité et de prôner les valeurs dans le sous-secteur.

Les différents PROVED ont décrié le retard qu’accusent certaines banques dont la Caritas dans le paiement des salaires des enseignants, ce qui perturbe le bon déroulement des enseignements. Pire encore, ont-ils insisté, la Caritas bloque les salaires des professionnels de la craie qu’elle paie selon les humeurs des religieux. À Bolobo particulièrement, un Abbé se montre très orgueilleux et met très mal à l’aise les enseignants au détriment de la formation des enfants.

Ils aussi fait remarqué que la TMB et ECOBANK effectuent une paie trimestrielle alors que l’État a déjà mis à leur disposition des ressources pour payer les enseignants, étant donné le caractère alimentaire du salaire.

 

Ces acteurs provinciaux de l’EPST ont fait observer en outre, l’ingérence politique dans la conduite de certaines Sous-Divisions qui facilite l’incompétence de certains cadres trouvés sur place.

Ils ont également signalé l’état de délabrement très avancé des infrastructures scolaires dont certaines sont en matériaux locaux et le vieillissement des enseignants qui doivent aller en retraite.

Après ces états des lieux, les partenaires de l’EPST sont intervenus, notamment le Président de la Coordination des Écoles conventionnées, le Secrétaire Général du SYECO, Cécile Tshiyombo, le Président National de l’ANAPECO et la représentation nationale. Ils ont donné d’autres détails en termes d’informations pouvant faciliter le travail des PROVED sur le terrain.

Le député national, Pasi Zapamba, a pour sa part, salué la tournée du ministre Tony Mwaba Kazadi en provinces, une mission qu’il lui permet de se faire une idée claire des réalités vécues sur terrain, en vue de trouver des solutions adéquates. Il a rendu un hommage mérité au Chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, qu’il a désigné comme Artisan de la gratuité de l’enseignement pour la matérialisation de cette disposition constitutionnelle.

Il s’est réjoui de la démarche entreprise par le patron de l’EPST auprès de la Commission Économique et Financière de l’Assemblée Nationale, lors des discussions sur la loi des finances (budget 2022) pour l’amélioration des conditions salariales des enseignants, “un exercice d’un syndicaliste des enseignants qu’est Tony Mwaba au Gouvernement”, a-t-il dit.

Dans son intervention, le numéro un de l’EPST s’est félicité des états des lieux de chacune des provinces éducationnelles et a invité les acteurs à privilégier le travail de terrain.

“Je vous demandons une seule chose, le travail, parce que j’ai une obligation des résultats. C’est par l’implication de tous que nous allons réussir le redressement du sous-secteur et la consolidation de la gratuité. Je suis satisfait de la mise en œuvre de cette réforme constitutionnelle, car nous avons déjà dit qu’elle est non négociable ! Mais s’il y a ceux qui continuent à refuser de le comprendre, nous allons les sanctionner, les mettre or d’état de nuire”, a déclaré le professeur Tony Mwaba.

Le ministre tient à ce qu’après cette rencontre, que tous les problèmes soient résolus au niveau des provinces éducationnelles et a promis de répondre positivement aux différentes préoccupations des PROVED.

“Après ici, nous voulons sentir un changement dans la manière de faire de tous les cadres”, a-t-il martelé.

Après le grand Bandundu, le patron de l’EPST se rendra dans la province de l’Équateur, histoire de poursuivre sans relâche sa mission d’itinérance et d’orientations pour le redressement de son sous-secteur et la pérennisation des acquis de la gratuité de l’enseignement primaire.

Christian BELLA

Site Officiel MINEPST