Les syndicalistes du Grand-Kivu et du Tanganyika se félicitent du travail du SECOPE sur la paie des enseignants

En mission à Kinshasa, les syndicalistes du Grand-Kivu et du Tanganyika ont rencontré, ce lundi 25 avril 2022, le Directeur national du Service de Contrôle et de la Paie des Enseignants (SECOPE), Papy Mangobe, accompagné du Secrétaire Particulier du ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST) et de ses collaborateurs. Au menu des discussions, l’évaluation des problèmes qui rongent le secteur-secteur dans leurs axes, notamment en ce qui concerne le paiement des Nouvelles Unités (N.U). Leur mission dans la capitale consistera également à débloquer le financement innovant pour pérenniser la gratuité de l’enseignement primaire en RDC, conformément à la politique du ministre Tony Mwaba Kazadi.

Au cours de ces échanges, la délégation syndicale s’est rassurée de la paie des enseignants Nouvelles Unités pour ce mois d’avril avec un nouveau listing, contrairement à ceux qui faisaient croire à l’opinion publique une quelconque reconduction du listing du mois de mars.

À en croire Papy Mangobe, cette paie prend en compte beaucoup d’aspects, y compris toutes les Nouvelles Unités qui remplacent les inspecteurs et les retraités.

Concernant la question des effectifs des enseignants, des écoles et bureaux gestionnaires, le Directeur national du SECOPE a confié que son service technique a une maîtrise parfaite des effectifs et des écarts. Il a d’ailleurs montré aux syndicalistes les données statistiques globales sur internet qui sont actualisées chaque mois. Cette gestion modernisée a rencontré la satisfaction de la délégation syndicale.

“On vient de nous montrer comment on a modernisé la gestion des effectifs. Nous sommes heureux, c’est vraiment une innovation au SECOPE”, s’est réjoui Jacques Cirimwami, Coordonnateur des syndicats des provinces du Grand-Kivu et du Tanganyika.

Autre préoccupation soulevée au cours de cette rencontre, la problématique des zones salariales. Papy Mangobe a rassuré aux syndicalistes que l’octroi de la prime de brousse est une réponse palpable à cette question.

Après cette réunion, ces syndicalistes vont continuer leur mission pour s’attaquer aux problèmes qui freinent le financement innovant de la gratuité de l’enseignement primaire. À cet effet, ils comptent rencontrer le Chef du gouvernement et le ministre des Finances, pour obtenir le déblocage des arrêtés interministériels, qui selon eux, ouvre la voie à l’octroi de cet appui financier.

Christian BELLA

Site Officiel MINEPST