L’UNESCO soutient la gratuité de l’enseignement : Une satisfaction pour Willy Bakonga

La Directrice Générale de l’UNESCO a quittée Kinshasa avec un sentiment d’une mission accomplie, jeudi 15 octobre 2020 en début de soirée. Deux jours ont suffi à Audrey Azoulay d’effectuer une visite dans la capitale de la République Démocratique du Congo, une première depuis le début de son mandat à la tête de cette institution internationale. Un bref séjour qui lui a permis d’exprimer la volonté de l’UNESCO qui consiste à soutenir la gratuité de l’enseignement primaire en RDC, pour favoriser la scolarisation de plusieurs élèves et particulièrement des filles.

Dès son arrivée mercredi 14 octobre à Kinshasa, Audrey Azoulay a été accueilli chaleureusement au beach ngobila par le Ministre d’État, Ministre de l’EPST Willy Bakonga, Président de la commission nationale de l’UNESCO, accompagné du Vice-Ministre Didier Budimbu, ainsi que des élèves. Elle a en suite été honorée lors d’une cérémonie organisée au Fleuve Congo Hôtel à l’occasion de sa visite, une soirée musicale marquée par la présence des Ministres du secteur de l’éducation, ainsi que quelques têtes du monde de la culture.

Le jour suivant, soit le jeudi 15 octobre, la Directrice Générale de l’UNESCO s’est rendue au lycée Kabambare où un autre accueil chaleureux lui a été réservé par les élèves. Audrey Azoulay a félicitée le Ministre d’État, Ministre de l’EPST Willy Bakonga pour la réussite de la rentrée scolaire dans un contexte de crise sanitaire.

« Je suis venu ici dans ce lycée d’excellence qui est une école associée à l’UNESCO pour saluer la rentrée scolaire, après ces mois de confinement et de fermeture des écoles. Je salue aussi l’éducation des jeunes filles qui reste aujourd’hui trop inégalitaire. L’UNESCO tient à ce que les filles restent longtemps à l’école, c’est pourquoi je suis venu sensibiliser sur la nécessité de remettre les filles à l’école, pour éviter la déperdition scolaire », a-t-elle déclarée.

Concernant la gratuité de l’enseignement primaire, la Directrice Générale de l’UNESCO a soulignée que son institution veut accompagner l’exécutif national dans la mise en œuvre de cette réforme.

« L’UNESCO se tient au côté de la gratuité pour aider le gouvernement à planifier ses efforts et assurer la soutenabilité de cette réforme, qui va requérir beaucoup d’investissements. C’est le plaidoyer que nous avons déjà apporté auprès de la Banque Mondiale. Nous voulons aussi accompagné le gouvernement dans la formation des enseignants pour la qualité de l’enseignement », a précisé Audrey Azoulay.

Willy Bakonga a expliqué que pour le gouvernement, l’année scolaire 2020-2021 est placée sous l’insigne de la consolidation et de la pérennisation de la gratuité, une importante mesure qui nécessite l’appui des principaux partenaires de la RDC.

« C’est à ce titre que votre présence parmi nous, nous réconforte car la RDC compte toujours sur l’UNESCO, en sa qualité de chef de fil des Nations-Unies en matière de l’éducation, pour un plaidoyer auprès des différents partenaires. Je réaffirme l’engagement du gouvernement de travailler en étroite collaboration avec ses différents partenaires nationaux et internationaux, enfin de relever les défis de développement du système éducatif congolais dans le contexte de la Covid-19. Mon souhait est que tous les élèves acquièrent les connaissances et compétences nécessaires pour la promotion et le développement humain », a martelé le Ministre.

Au regard de cette rentrée scolaire caractérisée par la présence de la Covid-19, le numéro un de l’EPST a rassuré que le gouvernement reste déterminé à assurer la protection des élèves et enseignants en milieu scolaire, pour ne pas faire de l’école un foyer de propagation de cette pandémie.

Avant de quitter le sol congolais, la Directrice Générale de l’UNESCO a échangé avec le Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo sur plusieurs questions, notamment sur la gratuité de l’enseignement primaire, une réforme phare de son quinquennat.

Christian BELLA

Share Button