SERNAFOR/Maternelle : Élaboration de six modules de formation des éducateurs de la petite enfance pour améliorer la qualité de l’éducation.

Six (6) modules de formation pour appuyer l’éducation de la petite enfance ont été élaborés au cours d’un atelier qui s’est organisé du 20 au 27 septembre 2020 dernier en territoire de Mbanza Ngungu, dans la province du Kongo central. Cette activité d’élaboration des modules de formation pour l’éducation de la petite enfance s’inscrit dans le cadre de la première série du genre. Laquelle activité a été assurée par le Service national de formation (SERNAFOR), dans sa section maternelle. L’objectif poursuivi étant l’amélioration de la qualité des apprentissages dans l’éducation de la petite enfance en dotant ces animateurs des meilleures compétences possible au travers de ces modules de formation.

Nombre d’experts de la thématique de l’éducation de la petite enfance (EPE) ont été mise à contribution pour la confection de ces modules. Professeurs d’universités, directeurs chefs de service centraux à l’EPST, inspecteurs généraux à l’EPST ainsi que des délégués des ministères de la santé publique et des affaires sociales ont réfléchis sur la conception et l’actualisation des modules de formation selon les différentes thématiques abordées au cours de cet atelier.

Anne Marie Nzumba, Directrice chef de service à la Direction des réformes et innovation éducatives au ministère de l’EPST, estime pour sa part  que ces modules élaborés sont des outils efficaces susceptibles de permettre aux enfants de 3 à 5 ans d’acquérir certaines compétences pouvant les aider à franchir sans trop de difficultés l’école maternelle dès la rentrée de l’année scolaire 2020-2021 prévue pour ce lundi 12 octobre. En outre, elle a également appelé les parties prenantes à soutenir les différentes réformes initiées par le ministère de l’EPST car cela fait partie de la formation de l’élite congolaise et que cette formation commence dès le bas âge.

De son côté, Le professeur Dominique Ndadula de l’Université pédagogique national estime que cet atelier est une occasion pour les scientifiques congolais de réfléchir sur l’avenir scolaire de l’enfant congolais. Selon lui la formation des animateurs et animatrices au niveau maternel est un premier pas qui concourt à élever le niveau de l’éducation. Un expert et membre du Centre congolais pour l’éducation pour tous, Ciceron Lilia Mafola, a souligné que la validation du nouveau programme d’enseignement maternel est  la conjugaison des efforts de tous les acteurs du Secteur éducatif.  Ainsi cet atelier vient juste concrétiser tous ces efforts. Il faut noter que la majorité des participants ont adoptés et validés les modules de formations laissant ainsi place aux autres pour la validation de la deuxième vague dudit atelier qui débutera la semaine du 5 octobre 2020, dans le même Kongo Central. Cette activité a connu l’appui du Projet d’Amélioration de la Qualité de l’Éducation (PAQUE).

Magalie MUSSA

Share Button