PARIS: Tony Mwaba met en exergue les actions de l’UNESCO en RDC

Prenant la parole à la 41ème session de l’Assemblée générale de l’UNESCO, le Ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST), le Professeur Tony Mwaba a évoqué les différentes actions de cette organisation internationale qui ont eu un impact positif aussi bien dans le système éducatif de la République Démocratique du Congo que dans d’autres domaines du pays. C’était le mercredi 10 novembre 2021, à Paris, en France.

” S’agissant particulièrement de mon pays, nous apprécions à sa juste valeur, l’accompagnement technique de l’UNESCO dans plusieurs chantiers comme l’appui à la planification, la pérennisation du Système d’Information et de la Gestion de l’Éducation (SIGE), le diagnostic sectoriel de type RESEN (Rapport sur l’État du Système Éducatif), et l’élaboration d’un pacte de partenariat dans le cadre de la nouvelle approche du PME visant la transformation stratégique du système éducatif. Mais aussi nous apprécions surtout I’appui à la mise en œuvre de la politique de la gratuité de l’enseignement primaire, décrétée par le Président de la République, Chef de l’État, Son Excellence Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo “, a déclaré le Ministre de l’EPST.

Le Professeur Tony Mwaba a rappelé qu’en 2020, la Directrice Générale de l’UNESCO a, lors de sa visite en RDC, engagé cette organisation internationale à appuyer la planification de cette politique du Président congolais sur cinq ans, à travers la mise en place d’un mécanisme rigoureux de suivi-évaluation de la gratuité et le renforcement de la formation initiale et continue des enseignants.

” Nous notons des avancées notoires sur ces chantiers et aujourd’hui un assistant technique a été placé à mon service et une feuille de route adoptée avec des activités précises “, a-t-il dit.

Au cours de la même année, 2020, tous les domaines de la vie ont été fragilisés par la pandémie de Covid-19, notamment celui de l’éducation qui l’a été encore davantage. Le Ministre de l’EPST a expliqué les efforts remarquables de l’UNESCO dans ce secteur.

” L’UNESCO s’est porté au chevet de nos systèmes éducatifs avec promptitude et détermination, en vue d’assurer la continuité des apprentissages pendant la période de confinement. Le recours au numérique et à l’enseignement à distance s’est révélé comme une alternative crédible, notamment dans mon pays, malgré les insuffisances qu’il faut maintenant corriger car cette stratégie est appelée à s’affirmer pour la pérennisation dans le cadre de la résilience de nos systèmes éducatifs “, a fait savoir le Professeur Tony Mwaba.

Le numéro un de l’EPST a remercié la Directrice Générale de cette organisation internationale, qui lors de son séjour à Kinshasa en Octobre 2020, s’est impliqué personnellement dans ce combat ainsi que celui de la mobilisation de tous les protagonistes, en vue de maintenir, en dépit de la crise sanitaire, une offre éducative inclusive et de qualité, et d’offrir à chacun la possibilité d’apprendre tout au long de la vie.

Dans le domaine des sciences exactes et naturelles, Tony Mwaba a relevé l’important travail qu’effectue l’UNESCO pour soutenir la RDC car, dit-il, le pays détient aujourd’hui sa politique nationale scientifique qui vient d’être validée au mois d’octobre 2021. Le Ministre considère que l’action transversale et interdisciplinaire de cette organisation internationale dans ce domaine, témoigne de son sens de responsabilité, au regard des écosystèmes et la biodiversité, qui sont aujourd’hui mis à mal par l’accélération des effets du changement climatique.

” La République Démocratique du Congo qui est le deuxième poumon vert du monde, se réjouit de la sortie d’un de ses biens, en l’occurrence le Parc de la Salonga, de la liste du patrimoine mondial en péril. Nous sommes reconnaissant au Centre du Patrimoine Mondial pour son accompagnement et comptons sur l’appui de l’Organisation pour la réalisation des actions d’envergure initiées en faveur de nos réserves de biosphère et les tourbières “, a-t-il insisté.

Concernant la culture, impactée aussi par la crise sanitaire, le Professeur Tony Mwaba a souligné que le renforcement de la protection et de la promotion de la diversité des expressions culturelles prôné par l’UNESCO est d’une importance sans égale, d’où la RDC a adhéré aux nombreux instruments normatifs du secteur culturel, notamment la Convention de 2003 sur la protection et la sauvegarde du patrimoine culturel immature.

” Dans le cadre de ce cette convention, nous attirons l’attention particulière de l’organisation sur le dossier d’inscription multinationale de la Rumba congolaise sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité soumis par les deux Congo. L’inscription de la rumba congolaise au patrimoine culturel immatériel de l’humanité renforcera le pont culturel entre les deux capitales les plus rapprochées du monde que sont Kinshasa et Brazzaville et consacrera une pratique culturelle adoptée mondialement depuis des décennies “, a martelé le Ministre congolais de l’EPST.

Au travers de son intervention, Tony Mwaba a exprimé la foi de son pays, la République Démocratique du Congo, en l’UNESCO qui résiste aux crises actuelles. À en croire le Ministre, le 41 C4 ainsi que le 41 C5 poussent à penser qu’aucune de ces crises empêchera l’atteinte des ODD relevant des domaines de compétence de cette organisation internationale.

” La tâche est certes ardue mais notre organisation peut compter sur son expertise, son expérience et ses outils de gouvernance”, a-t-il conclu.

Christian BELLA

Site Officiel MINEPST