LE SERVICE NATIONAL D’IDENTIFICATION DES ELEVES CLOTURE L’ATELIER SUR L’ELABORATION DU MANUEL DE PROCEDURE ET DU VADE MECUM

L’objectif de cet atelier qui a été clôturé par Mathilde IZUN ON’SAK-ATOM, directrice chef de service au service national d’identification des élèves dans la salle de réunion de l’enseignement technique situé dans l’enceinte de l’institut de la Gombe, le jeudi 11 février 2021, était de valider le document final qui va servir de feuille de route aux agents et cadres du Sernie.
Ainsi, après avoir passé en revue les différentes étapes de la procédure de codification des écoles et des élèves, les agents et cadres du service national d’identification des élèves ont validé, en présence du numéro 1 de cette direction, le document final qui servira de boussole pour le service national d’identification des élèves, sernie en sigle, en vue de garantir son bon fonctionnement.

Différents points ont été soulevés au cours de ces assises par les participants, qui ont souligné la nécessité d’organiser ce genre d’atelier, surtout que parmi eux on a noté la présence des directeurs provinciaux de 4 provinces éducationnelle de Kinshasa, celui du Kasaï ainsi que celui d’Ilebo.
Pour la directrice chef de service de cette direction, il était impérieux pour le sernie, d’organiser un tel atelier afin de réduire sensiblement la prolifération et la circulation de faux titres scolaires. Ceci qui va permettre aux agents et cadres à mieux faire le suivi sur le terrain.
Après l’étape de l’atelier, il sera question d’organiser d’abord des formations de formateurs en vue d’outiller suffisamment le personnel du sernie. Ensuite le personnel formé va à son tour former les chefs d’antennes au niveau local. Enfin une sensibilisation sera organisée auprès des chefs d’établissement, des enseignants, des élèves du degré terminal et les parents pour qu’ils comprennent la nécessité d’identifier et codifier les élèves dans le but d’assurer le suivi du cursus scolaires.

La directrice chef de service du sernie a émis le vœu de voir les chefs des divisions, les chefs de bureaux, les directeurs provinciaux et les chefs d’antennes sensibiliser les agents de terrain afin d’assurer l’effet multiplicateur, tout cela dans l’optique de lutter contre la fraude et autres anti–valeurs dans le milieu scolaire et promouvoir l’amélioration de la qualité de l’enseignement en RDC.
MAGALIE MUSSA

Site Officiel MINEPST