INSPECTION GENERALE

1.  HISTORIQUE

Le corps des inspecteurs dans sa forme actuelle existe depuis 1991 après une ordonnance présidentielle  N°91-231 du 15 août 1991 portant Règlement d’administration relatif au corps des Inspecteurs de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel. Mais il faut ici relever que pendant toute la période coloniale, le travail des inspecteurs était fait par les belges. Apres l’accession à l’indépendance, le 30 juin 1960, le travail a continué à être effectué par les belges et  le transfert des compétences s’est effectué petit à petit.

Ce corps a ainsi crée en   1978  mais l’ordonnance N°91-231 du 15 août 1991 portant Règlement d’administration relatif au corps des Inspecteurs de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel  qui constitue le texte juridique qui régit l’Inspection Générale de la RDC.

2.  MISSIONS

Objectif général

De manière générale, le corps des inspecteurs est chargé du contrôle et de la promotion de l’enseignement national du secteur primaire  secondaire et professionnel.

Objectifs spécifiques

Le corps des inspecteurs  a  pour  missions spécifiques de visiter les écoles, de contrôler leur bonne marche ; d’observer,  d’apprécier, de conseiller, de former le personnel enseignant et  de contrôler son rendement.

Dans leur mission, le corps des inspecteurs sont  aussi  appeler à  Evaluer, Organiser les jurys  ainsi que  les autres évaluations pédagogiques.

Ce travail une fois fait, ils doivent    rendre compte des résultats de sa mission aux autorités compétentes du Ministère.

3.  CONDITIONS D’ACCES AUX FONCTIONS D’INSPECTEUR

Le recrutement  dans le corps des inspecteurs se fait sur base d’un concours  spécial auquel il faut préalablement  réussir.

En outre,  Pour être  admis au concours  spécial  organisé pour le recrutement des inspecteurs  du primaire, secondaire et professionnel, il faut aussi remplir quelques critères, à savoir :

– Etre enseignant de carrière revêtu au moins du titre d’instituteur principal de 1ere classe, de conseiller pédagogique de 1 ère classe ou de directeur d’école primaire (pour le recrutement des inspecteurs de l’enseignement primaire et maternel).

– Etre enseignant de carrière revêtu au moins du titre de professeur  principal de 1ere classe,  préfet  des études  de 1 ère classe, de conseiller pédagogique de 1 ère classe ou de directeur de Discipline de 1 ère classe et directeur dans primaire (pour le recrutement des inspecteurs de l’enseignement secondaire et professionnel).

– Justifier d’une appréciation synthétique égale ou supérieure à très bon au cours des trois dernières années.

Ce qu’il faut savoir du test du recrutement :

Le concours spécial comporte trois parties :

1. Un examen en matière d’administration scolaire, de pédagogie, de psychologie, de  gestion financière et d’  hygiène scolaire ;

2. Un Test de jugement sur la gestion d’une école, sur les relations sociales avec le personnel de l’école et les parents, sur la conception des vraies du civisme et de la morale ;

3. Une Epreuve pratique sur le métier d’enseignant.

4. STRUCTURE ORGANIQUE

ORGANIGRAMME DE L’INSPECTION GENERALE/EPST

L’inspection générale est organisée à deux niveaux : Central et Régional.

4.1 NIVEAU CENTRAL

Au niveau central, l’Inspectorat Général comprend notamment :

– Un Inspecteur Général  (I.G.E)

– Des inspecteurs Généraux Adjoints  (I.G.A)

– Des inspecteurs Principaux (I.P)

– Des inspecteurs principaux-Adjoints  (I.P.A)

– Des inspecteurs

4.2. NIVEAU REGIONAL

Au niveau régional,  l’inspectorat général comprend notamment :

– Un inspecteur Principal Régional

– Des inspecteurs Généraux- Adjoints

– Des inspecteurs chefs de Pool

– Des inspecteurs itinérants

5. TRILOGIE DE L’INSPECTION

Le corps des inspecteurs de l’Enseignement Maternel, Primaire, Secondaire et Professionnel compte plusieurs  inspecteurs repartis de la manière suivante :

– Inspecteurs pour le niveau Maternel

– Inspecteurs pour le niveau Primaire

– Inspecteurs pour le niveau Secondaire

 Dans leurs  actions quotidiennes, les inspecteurs sont   secondés par un nombre important d’agents d’appoint.

La trilogie de l’inspection se résume en : contrôle, formation et Evaluation

    1. LE CONTRÔLE :

Le  Corps des inspecteurs est « Œil et Oreille de l’Etat ». Il  est  mis à la disposition du Ministre  de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel pour informer le gouvernement, dans les moindres détails, de toutes les réalités du pays.

Il  permet d’établir un diagnostic scientifique et méthodologique du fonctionnement du système éducatif aux niveaux concernés : maternel, primaire, secondaire général normal et technique professionnel.

    2. LA FORMATION :

La formation  se  situe au centre de l’action de l’inspection en ce qu’elle permet de combler les lacunes dont question ci-dessus en menant des actions de remédiation.

    3. L’EVALUATION :

Cette évaluation   intervient après enseignement-apprentissage (formation) et s’occupe de trois types d’évaluation :

– L’Examen de fin de cycle primaire ou ENAFEP

– Le jury national du cycle court ou JUNACYC

– L’Examen d’Etat du cycle long ou EXETAT

Monsieur Michel DJAMBA KAOMBE, Inspecteur Général de l'EPST
Monsieur Michel DJAMBA KAOMBE, Inspecteur Général de l'EPST