Lutte contre les exploitations et abus sexuels/ harcèlement en milieu scolaire : vers l’installation de la ligne verte

Le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) a organisé un atelier participatif d’élaboration du plan de communication de la ligne verte en faveur du Sous-secteur de l’enseignement primaire, secondaire et technique. Ledit atelier s’est tenu du 22 au 25 mars 2021 à Goma, dans la province du Nord-Kivu. Des experts du ministère de l’EPST au niveau central et de quelques provinces éducationnelles cibles du Perse, des délégués de la coordination de Perse ainsi que ceux de la société civile du Nord-Kivu ont pris part à ces quatre jours de travaux intenses. La facilitation a été assurée par l’expert de l’UNFPA, M. Siaka Traoré.
Ces travaux sont intervenus dans le cadre de la mise en place de la ligne verte dans le Sous-secteur de l’EPST pour la lutte contre les exploitations et abus sexuels/harcèlement sexuel (EAS/HS) en milieu scolaire. Cet atelier d’élaboration du plan de communication de la ligne verte, avec la participation du Ministère de l’EPST, poursuit une double finalité : promouvoir l’utilisation optimale du numéro vert par les bénéficiaires et faire connaître le numéro gratuit à toute la communauté éducative du Sous-secteur. La ligne verte ou le numéro d’appel gratuit de l’EPST est un des mécanismes communautaires de dénonciation des EAS/HS dans les écoles. Elle fait partie du dispositif global des mécanismes de gestion des plaintes en phase d’installation au ministère de l’EPST.

Sous l’angle de la gratuité de l’enseignement primaire, le numéro vert de l’EPST sert à lutter contre les attitudes et pratiques susceptibles d’entraver l’application de cette reforme importante. Les EAS/HS sont épinglées par le Ministère de l’EPST et ses partenaires comme des actes à haut risque pour la réussite de la mise en œuvre de la gratuité de l’éducation de base. L’école gratuite étant un droit pour tous les enfants, nul ne peut s’en servir ou en profiter par la commission des actes qui portent atteinte à la dignité de l’élève, voire d’un parent d’élève ou d’un-e enseignant-e. C’est ainsi que le ministère de l’EPST va décréter la tolérance zéro sur les cas d’exploitation et abus sexuels/ harcèlement sexuel en milieu scolaire.
La cérémonie d’ouverture de l’atelier participatif de Goma avait été rehaussée de la présence de plusieurs acteurs éducatifs. Le représentant du Directeur Provincial de l’EPST, Damien Manegabe, a appelé les participants à l’assiduité pour doter le Ministère de ce plan de communication de la ligne verte qui contribuera à éradiquer les EAS/HS. « Ce que nous disons ici, c’est-à-dire les exploitations et abus sexuels/ harcèlement sexuel, est une réalité dans les milieux ruraux de la province du Sud-Kivu », avait-il souligné. Pour sa part, le coordonnateur a.i de l’UNFPA-Goma, Docteur Jean-Paul Makay, a salué par ces travaux, la concrétisation du partenariat Gouvernement congolais-UNFPA dans le secteur de l’éducation. Dans son mot de circonstance, il a placé cette collaboration dans la perspective qui poussera la RDC à honorer ses engagements dans la lutte contre les EAS/HS.
Notons que la ligne verte comme mécanisme communautaire de dénonciation, est mise en place dans le cadre du Projet d’Equité et de Renforcement du Système Educatif en RDC (PERSE). Un projet du gouvernement de la République appuyé par la Banque mondiale. La mise à disposition de ce numéro d’appel gratuit fait partie de l’Indicateur 4 du PERSE qui consiste à créer des environnements scolaires sécurisés et inclusifs. UNFPA est le partenaire du ministère de l’EPST dans la mise en œuvre du numéro vert pour la lutte contre les EAS/HS en milieu scolaire.
La Rédaction

 

 

Site Officiel MINEPST