Les écoles fictives désactivées par le SECOPE : Une lueur d’espoir pour la réforme de la gratuité

« Je me fais le devoir de vous informer que les écoles non conventionnées fonctionnant avec de faux arrêtés ainsi que leur personnel dont liste en annexe seront désactivés du fichier paie des Enseignants », c’est l’essentiel du message du Secrétaire Général à l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST), Jean-Marie Magombe, adressé aux gouverneurs des provinces de la République, à travers une correspondance rendue publique le 26 mars 2021. 

Au total 1179 écoles non conventionnées, émaillées des bureaux gestionnaires et leur personnel possédant de faux arrêtés avec des données d’identification irrégulières et des doublons ont été désactivé par le Service de Contrôle et de la Paie des Enseignants (SECOPE). Ils ne seront donc plus repris dans le fichier de la paie des enseignants.

 

 

Il s’agit ici d’une instruction du Ministre d’Etat, Ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, Willy Bakonga, qui répond favorablement aux recommandations formulées au Premier ministre par l’Inspection Générale des Finances (IGF), à l’issue de sa mission de contrôle effectuée au ministère de EPST, une enquête qui a révélée l’existence des plusieurs écoles fictives qui perçoivent de manière illicite l’argent de l’Etat.  

Cette décision du gouvernement se base sur des données claires fournis par l’IGF. L’objectif est d’assainir le fichier de la paie, pour améliorer la situation générale des traitements sociaux des agents de l’EPST.

La désactivation de tous ces établissements scolaires et bureaux gestionnaire à problème, et de leur personnel, va ainsi permettre à la république de pérenniser la réforme de la gratuité, qui a longtemps été biaisée.

Thierry BWONGO

Télécharger la liste des écoles désactivées

Site Officiel MINEPST