Aller de l’avant, servir son pays en impactant l’entourage féminin, c’est l’ambition de Mme Jocelyne NKONGOLO MPWEKELA BOMOLO

Licenciée en Sciences Economiques de l’Université de Kinshasa, mariée et mère de quatre garçons,  Madame Jocelyne NKONGOLO MPWEKELA BOMOLO assume la fonction de Secrétaire Exécutif National au sein de la Mutuelle de Santé des Enseignants de l’EPST (MESP). Elle est certifiée Development Project Manager (CDPM II) Experte en Gouvernance et Réformes Institutionnelles, Spécialiste en Développement Organisationnel et Coordonnatrice de Forum Panafricains dénommée « Leading Women of Africa » (LWA).  

Comme toute personne normale, Madame Jocelyne NKONGOLO BOMOLO est une passionnée des séries policières et enquêtes judiciaires et elle adore se vider l’esprit devant la télévision.

Un parcours professionnel brillantissim 

Elle a fait ses débuts au Ministère des Finances plus précisément à la Direction du Trésor et de l’Ordonnancement en tant que chargée d’Etudes, ensuite aux Ministères du Portefeuille, du Pétrole, de l’Economie et de l’Industrie entant que Conseiller du Ministre et Directeur Adjoint de la Cellule d’Etudes et de Planification Industrielle.

Les autres fonctions assumées sont les suivantes : Conseiller Spécial au Collège Economie et Finances au cabinet du Vice-Président de la République en charge de la Commission Economique et Financière, Consultant à la Banque Mondiale pour les questions de Décentralisation Sectorielle (agriculture, pêche et élevage, développement rural, santé et enseignement primaire, secondaire et professionnel), Consultant au Programme de Bonne Gouvernance de l’Agence Américaine de Développement International (USAID), Directrice du Projet Health Finance and Governance financé par l’USAID.

Après avoir eu à travailler, dans le passé dans cette même Mutuelle entant que Directeur Administratif et Financier, c’est en février 2019 qu’elle revient pour exercer la fonction de Secrétaire Exécutif National de la Mutuelle de Santé des Enseignants de l’EPST. Cette dernière est une organisation qui a la forme d’une assurance maladie obligatoire qui facilite l’accès aux soins de santé de qualité à l’enseignant congolais (Titulaire) et ses personnes à charge (PAC). Jadis un projet-pilote en matière de couverture sanitaire universelle (CSU) lancé en 2011, elle est devenue une expérience réussie du Gouvernement Congolais. Ces activités se sont limitées uniquement dans la ville-Province de Kinshasa, dans la Province du Haut-Katanga et celle de l’Equateur avec au total 130 961 personnes pris en charge. L’entité provinciale de TSHIKAPA (Kasai) et celle de KISANGANI (Tshopo) sont en cours d’opérationnalisation avec des études de faisabilités déjà réalisées.

C’est ainsi qu’avec la vision et l’engagement du Chef de l’Etat, Felix Antoine TSHISEKEDI en matière de couverture sanitaire universelle, le passage à l’échelle de la MESP devient un impératif, un must. A cet effet, en ce mois de mars 2021, l’équipe de la MESP se rendra à Mbuji-Mayi, dans la province du Kasaï Oriental pour une mission de récolte des données afin de réaliser une étude des conditions de déploiement et de mise en commun des préalables au lancement de la « Mutuelle agréée » dans cette partie du territoire national.

La MESP « Mutuelle agréée » fonctionne avec quatre organes statutaires à savoir : l’Assemblée Générale, le Conseil d’Administration, le Commissariat aux Comptes ainsi que le Secrétariat Exécutif National. Ce dernier se compose de deux Directions (Technique et Administrative et Financière) ainsi que les Secrétariats Exécutifs Provinciaux qui sont au nombre de trois à ce jour.

En ce qui concerne le processus de décision, il est le même que toute organisation non gouvernementale suivant les statuts et règlement d’ordre intérieur conformés à la loi sur les principes fondamentaux de la Mutualité de Février 2017 par Arrêté Ministériel n°027/CAB/MINETAT/MTEPS/01/2019 portant agrément de la Mutuelle de santé  dénommée Mutuelle de Santé des Enseignants de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel « M.E.S.P. » en sigle.

Les principales difficultés rencontrées sont les suivantes :

  • Les ressources de la MESP demeurent à leur niveau d’Octobre 2017 malgré l’accroissement du nombre des bénéficiaires avec comme conséquence la perte de plus de 50% de son pouvoir d’achat ;
  • Le manque de financement additionnel susceptible d’emmener l’Organisation à s’étendre dans les 21 provinces restantes : en effet, la non-indexation des ressources allouées à la MESP par rapport à l’évolution de l’effectif des enseignants, (prise en compte récente des Nouvelles Unités, NU) couplée de la non-indexation des mêmes ressources par rapport au taux budgétaire ;

La plus ambitieuse des perspectives de la MESP à l’horizon 2025 est de contribuer à la matérialisation de la vision du Chef de l’Etat en couvrant la population restant étant donné que sa population cible est d’environ 3 000 000 de personnes à savoir environ 600 000 enseignants et leur personnes à charge 2 400 000.

Coup de chapeau à la femme ménagère

Travaillant beaucoup plus que la femme cadre dans un bureau, la femme ménagère se réveille tôt le matin pour s’occuper de ses enfants, de son mari. Elle doit s’occuper du manger ; faire la nourriture du matin et du soir, faire le ménage et se coucher tard la nuit pour se réveiller encore tôt le lendemain quand bien même fatiguée. « Je ne suis pas de celles qui disent qu’elle n’a pas de valeur, qu’elle n’a pas un travail. En soi, c’est un travail qui n’est juste pas rémunéré ».

La femme doit sortir au dedans d’elle et montrer de quoi elle est capable

Les femmes qui se battent déjà dans la vie, qu’elles continuent leur lutte, qu’elles démontrent un leadership résilient ; qu’elles s’adaptent aux circonstances malgré la pandémie COVID 19, qu’elles aillent de l’avant bien que dans certains pays en général et en République démocratique du Congo en particulier, la parité n’est pas encore si respectée que ça,  qu’à cela ne tienne, que les femmes se mettent toutes ensembles pour revendiquer leurs droits car la femme possède un potentiel intellectuel qui vaut celui de l’homme mais qui est parfois caché. « Le future est féminin » dit-on.

Gaelle BASUBI NGOLE

Site Officiel MINEPST