Itinérance en provinces : Tony Mwaba évalue les provinces éducationnelles du Nord et Sud-Kivu

Six provinces éducationnelles du Nord-Kivu et du Sud-Kivu ont été conviées, ce samedi 09 avril 2022, dans la salle des réunions du Collège Mwanga de Goma dans la commune de Karisimbi, pour faire leurs états des lieux et recevoir les nouvelles orientations du ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST), le professeur Tony Mwaba Kazadi qui séjourne dans cette ville dans le cadre de sa mission d’itinérance dans les 26 provinces administratives de la RDC.

Accompagné des députés nationaux, de Mme le Secrétaire Général intérimaire à l’EPST, de l’Inspecteur Général de l’EPST, des membres de l’Intersyndicale de l’EPST et de la Société civile, le ministre Tony Mwaba a présidé cette réunion devant les Directeurs Provinciaux de l’EPST (PROVED), les Inspecteurs Principaux Provinciaux (IPP), les Directeurs Provinciaux du SECOPE (DIPROSEC) qui étaient accompagnés de leurs collaborateurs en provinces.

Il s’agit des provinces éducationnelles qui composent les deux provinces administratives du Nord-Kivu et du Sud-Kibu : Nord-Kivu 1, 2 et 3 et Sud-Kivu 1, 2 et 3. Les PROVED de ces 6 provinces éducationnelles ont relevé que la gratuité de l’enseignement primaire est une réalité dans la partie Est du pays.

Ces acteurs du sous-secteur de l’EPST ont fait savoir au professeur Tony Mwaba que les enseignants et chefs d’établissement qui ont tenté de percevoir les frais scolaires dans les écoles primaires publiques, y compris les chefs d’antennes du Service de Contrôle et de la Paie des Enseignants (SECOPE) qui ont intégré les agents sans commissions d’affectation dans le fichier paie, ont été sanctionnés sévèrement.

À en croire ces PROVED, les quelques coordonnateurs des écoles conventionnées qui ont tenté d’intégrer leurs établissements scolaires dans le quota des écoles publiques, ont vu leur action s’étouffer dans l’œuf.

Ils ont souligné en revanche une moyenne de 9% du taux d’accroissement des élèves dans les écoles primaires publiques avec comme effets induits, le surpeuplement dans les classes de classe et le manque des pupitres au point que dans certaines écoles, les enfants étudient à même le sol.

Du moins, ont-ils fait remarquer, l’intervention des certains partenaires et des députés nationaux qui ont doté quelques écoles des salles de classe et des pupitres, notamment l’élu de Bukavu, Claude Nyamugabo.

Concernant la qualité de l’enseignement, les différents PROVED ont précisé que le Grand Kivu est pratiquement à 100 % en termes des enseignants formés. À cette occasion, ils ont fait mention d’une lutte acharnée qui a été engagée contre la spoliation des terrains appartenant aux écoles publiques.

Les difficultés ont été tout de même relevées. Il s’agit des enseignants Nouvelles Unités (N.U) et quelques agents des Bureaux gestionnaires non pris en charge par le gouvernement de la République, sans oublier l’insécurité qui règne dans certains coins du Nord et du Sud-Kivu.

En rapport avec les préparatifs des épreuves de fin d’année au primaire comme au secondaire, les 6 PROVED ont rassuré au patron de l’EPST que tout se déroule très bien.

Après ces états des lieux, la parole a été accordée aux partenaires de l’EPST notamment au Président de la Coordination des Écoles Conventionnées, à l’Intersyndicale de l’EPST, au Président de l’Association Nationale des Parents d’Élèves et des Étudiants du Congo (ANAPECO) et à la Société civile.

Les députés nationaux ont aussi pris la parole pour présenter les doléances de leurs circonscriptions au ministre. En cœur, ils ont répété que le professeur Tony Mwaba Kazadi est sur la bonne voie de réussir son mandat à la tête du ministère de l’EPST. Voilà pourquoi, ils l’ont remercié et félicité pour le souci qui le pousse à quitter ses bureaux climatisés à Kinshasa pour descendre dans le Congo profond, faire les états des lieux, en vue de prendre des bonnes décisions.

En fin, la parole à été accordée au ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique. Dans son intervention, le professeur Tony Mwaba Kazadi a relevé que les difficultés que l’on rencontre à l’EPST sont liées à la non maitrise des normes par les cadres. Pour preuves, a-t-il poursuivi, les interventions des PROVED du Nord-Kivu et du Sud-Kivu dont certains ont même fait des recommandations au niveau national.

“Si les cadres au niveau provincial travaillaient sérieusement, l’on aurait moins des problèmes au niveau national. Tout ce qui a été dit ici, c’est pour vous pousser au travail, qu’on ait moins de problèmes à Kinshasa. Associez les syndicats pour résoudre les problèmes au niveau provincial. Ne venir au niveau national que lorsque ces problèmes vous dépassent”, a déclaré le patron de l’EPST.

Habitué au franc-parler, le professeur Tony Mwaba a conclu : “Celui qui va travailler, sera récompensé et celui qui ne va pas travailler, la sanction est connue ! Que chacun se mette au travail”.

Christian BELLA

Site Officiel MINEPST