Mbandaka : Tony Mwaba lance les préliminaires de l’EXÉTAT 2022 pour les autodidactes et insiste sur les mesures sécuritaires

“Cette épreuve qui constitue la porte d’entrée de l’Examen d’État et du Jury National pour tous les jeunes et les adultes autodidactes qui veulent décrocher un diplôme d’État ou un brevet du cycle court, doit être entourée de toutes les mesures de sécurité. Et je souhaite que sa correction se déroule dans le strict respect du critérium fixé par le règlement général de l’Examen d’État et du JYNACYC, afin que seuls ceux qui auront réussi soient sélectionnés”, a déclaré le ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST), le Professeur Tony Mwaba Kazadi lors du lancement des préliminaires de l’Examen d’État, édition 2022 pour les autodidactes sur toute l’étendue du territoire national, ce dimanche 20 mars 2022, à Mbandaka, dans la province de l’Équateur.

Dans son intervention, le ministre a relevé que tout cas de fraude et de substitution devra être traité dans le strict respect du prescrit du règlement, d’où il a donné des orientations claires et précises aux responsables des centres et aux différents candidats pour un bon déroulement des épreuves.

“Je demande à tous les inspecteurs, chefs de centre de passation et aux surveillants à travers toute la République de jouer correctement le rôle que j’attends d’eux. Quant aux candidats, je les exhorte à ne pas céder au démon de la tricherie et de la collaboration mais à travailler individuellement”, a dit le patron de l’EPST.

Au total, 10.463 candidats autodidactes du cycle long, disséminés dans environ 262 centres et 89 candidats du cycle court, réunis dans 16 centres de passation vont affronter l’épreuve préliminaire de l’Examen d’État ou du Jury National du Cycle Court (JUNACYC), conformément au calendrier scolaire 2021-2022.

Il a été constaté une faible participation par rapport à l’année passée. À titre illustratif, la ville de Mbandaka à elle seule ne compte que 35 candidats contre 66 l’année passée, soit une baisse de moitié.

Le ministre Tony Mwaba qui séjourne dans le Grand Équateur dans le cadre de la poursuite de sa mission d’itinérance et de la campagne “Pas une écoles sans bancs”, a invité les Directeurs et Inspecteurs Provinciaux de toutes les Provinces Éducationnelles de cette partie du pays à sensibiliser davantage la population de l’Équateur à suivre ce cursus pour l’obtention d’un diplôme avant d’envisager les études universitaires.

Selon l’Inspecteur Général de l’EPST, Jacques Odia Musungayi, il s’agit de la première étape de l’Examen d’État. Elle permet à trois catégories d’individus à se faire enregistrer pour être candidat : Les anciens candidats qui n’avaient pas réussi à l’Examen d’État par deux fois, ceux qui ont dépassé l’âge scolaire et enfin les anciens diplômés d’État qui veulent améliorer leurs côtes.

Christian BELLA

Site Officiel MINEPST