EXÉTAT 2022 : la vice-ministre, Aminata Namasia lance les épreuves hors-session

La vice-ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST), Aminata Namasia Bazego, accompagnée de Mme le Secrétaire Général intérimaire, Christine Nepa Nepa Kabala, de l’Inspecteur Général, Jacques Odia Musungayi, du ministre provincial de l’Éducation de Kinshasa, Charles Mbutamuntu Lwanga et des cadres de l’EPST aussi bien du Cabinet du ministre Tony Mwaba Kazadi, comme de l’Administration, a lancé, ce lundi 23 mai 2022, les épreuves hors-session de l’Examen d’État, édition 2021-2022 au Centre de l’Institut BOKELEALE dans la commune de la Gombe, un établissement scolaire où elle a étudié et décroché son Diplôme d’État.

Dans son discours, la vice-ministre a souligné que ces épreuves qui se déroulent sur l’ensemble du pays, connaissent la participation de 918.620 candidats pour le Cycle long des Humanités dont environ 42% des filles. Ces candidats, précise-elle, sont disséminés dans 2.653 centres de passation.

Au numéro deux de l’EPST d’indiquer que 5.210 de ces candidats du Cycle long ont suivi des filières techniques et vont affronter les épreuves traditionnelles dans 279 centres ouverts à travers toute la République.

En ce qui concerne les épreuves du Cycle court professionnel, Aminata Namasia a confié qu’elles sont organisées dans 284 centres regroupant 5.518 candidats dont près de 20% des filles.

La vice-ministre de l’EPST a fait remarquer en outre, que par rapport à l’édition 2021, le nombre de participants a connu un accroissement de l’ordre de 10,6% pour le Cycle long et de 6,2% pour le Cycle court professionnel.

“Je saisis cette occasion pour encourager les élèves des classes inférieures en général et les filles en particulier à demeurer dans le circuit scolaire afin d’espérer, un jour, présenter l’Examen d’État et le Jury National à leur tour”, a déclaré Aminata Namasia.

Au terme de son discours à l’Institut BOKELEALE, le numéro deux de l’EPST a fait la ronde dans quelques centres de Kinshasa. Première étape, le Lycée de Matonge dans la province éducationnelle de Kinshasa/Funa, un centre qui a enregistré 479 candidats, dont 222 garçons et 257 filles.

Aminata Namasia s’est rendue ensuite au Collège Saint Raphaël dans la province éducationnelle de Mont-Amba, au Collège Sainte Famille à Kinshasa/Tshangu et au Complexe Scolaire Saint Jean à Kinshasa/Plateau, point de chute de cette tournée.

Partout où elle est passée, la vice-ministre a invité les différents candidats finalistes à se concentrer pour faire des bons résultats. Aminata Namasia s’est dit satisfaite du déroulement de ces épreuves où l’on n’a noté aucun incident jusques là. Elle a salué surtout la participation des jeunes filles dont le nombre est croissant. Ce qu’elle a mis sur le compte de la gratuité de l’enseignement primaire, vision du Président de la République, Chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, confiée au professeur Tony Mwaba Kazadi, ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique.

Tout en souhaitant bonne chance aux candidats finalistes, le numéro deux de l’EPST a conscientisé les parents, de manière à les pousser à envoyer les enfants à l’école, surtout les jeunes filles.

Abordant les aspects techniques, l’Inspecteur Général de l’EPST, Jacques Odia a rassuré qu’il n’y a eu aucun incident.

“Tout est bien qui commence bien. Comme l’a si bien dit Mme la vice-ministre, il n’y a pas d’incidents jusqu’ici. L’incident serait la pénurie des cahiers des ITEMS dans les centres. Or, il n’y a pas eu pénurie jusqu’ici. J’espère que la suite sera bonne”, a-t-il déclaré.

Il a toutefois signalé l’absence de l’examen hors-frontière, notamment à Kabinda par manque de vols en semaine. Il a annoncé qu’elle pourra être décalée d’une semaine.

Christian BELLA

Site Officiel MINEPST