EPSP/SERNIE: Jean-Marie Mangobe ne gère pas les frais d’identification des élèves

Share Button

Un article publié dans un journal de la place a fait état du détournement imaginaire de 69 milliards de francs congolais pour les années scolaires 2017 et 2018.

Le Secrétaire Général à l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (EPSP), Jean-Marie Mangobe n’est pas impliqué dans un supposé détournement des frais d’identification des élèves destinés au Service national d’identification des élèves (SERNIE).

Cela, contrairement à un article publié dans un journal de la place, faisant état du détournement de 69 milliards de francs congolais pour les années scolaires 2017 et 2018.

A en croire la mise au point de ses services, c’est impossible de réunir ce montant pour les deux années. Le montant récolté pour les deux ans n’atteint même pas le 1/10 de la majorité d’élèves, à en croire les rapports des provinces éducationnelles. Sans compter des classes concernées par la gratuité.

« L’auteur de l’article évoque un détournement de 69 milliards de francs congolais s’appuyant sur un imaginaire effectif de 23 millions d’élèves sur l’ensemble du pays, multipliés par 1 500 francs de frais que paie chaque élève pour son enregistrement. Cela, pour les années 2017 et 2018. Un calcul simpliste et ridicule d’autant plus que, même dans la folle hypothèse que l’effectif des élèves pour ces deux années soit de 23 millions multipliés par deux, ce n’est pas tout le monde qui paie ces frais, du reste, non contraignants », explique le Service de communication du Secrétariat Général à l’Epsp.

Il rappelle que le recouvrement de ces frais est très laborieux. Le peu qui est versé auprès de l’opérateur Orange (service Orange Money), est instantanément et automatiquement reparti à travers la plateforme aux différents bénéficiaires (dont le SERNIE aussi bien au niveau central qu’au niveau provincial et même au niveau des antennes) repris dans la clé de répartition initiale via Orange Money.

La bancarisation des frais d’identification des élèves décidée par le Ministère de l’EPSP est plutôt un outil de transparence qui met fin à de longues années de détournement de ces frais au SERNIE, souligne-t-on à l’EPSP.

Par ailleurs, poursuit la même source, l’audit initié actuellement par le SG Mangobe vise à vérifier la traçabilité des fonds récoltés en 2017 et 2018.
Le Secrétaire Général de l’EPSP aurait-il refusé de payer l’actuel directeur du SERNIE ? Le paiement de l’actuel directeur du SERNIE concerne le SECOPE, organe habileté, précise-t-on.

En outre, il est rappelé que l’autonomie réclamée du SERNIE est contraire aux attributions accordées par le Ministère de la Fonction publique au SERNIE. En tant que Direction, le SERNIE reste à 100% sous la tutelle du Secrétaire Général, à l’instar des autres directions. Ces accusations contre le Secrétaire Général à l’EPSP n’ont aucun fondement logique. Elles n’auraient pour but que de diaboliser un homme dont la responsabilité et la probité morale dans l’accomplissement de ses tâches gênent apparemment plus d’un.