TENASOSP : une réforme pour la sélection et l’orientation des élèves en RDC

Huit ans après son institution par la Loi-cadre n° 14/004 du 11 février 2014  de l’enseignement national,  l’enseignement de base connait un nouveau tournant dans sa  matérialisation depuis l’avènement du Professeur Tony Mwaba Kazadi à la tête du ministère de l’EPST en avril 2021.

Institué en RDC par la loi précitée, ,  l’Enseignement de base  est la première des options fondamentales levées par le gouvernement  pour relever le défi de la qualité de l’enseignement  notamment par l’organisation d’une évaluation certificative et l’octroi d’un titre de certification à l’issue de la huitième année de l’éducation de base.

Pour la première fois, les élèves de la huitième  de l’enseignement de base passeront le jeudi 14 et le vendredi 15 juillet, le  Test National de Sélection et d’Orientation Scolaire et Professionnelle (TENASOSP). Interrogé par la Direction de Gestion de Communication (DGC) du ministère de l’EPST, Odon Mulanda, Directeur National d’Orientation Scolaire et Professionnelle (DNOSP) a relevé le bienfondé  de  cette réforme contenue dans la Stratégie Sectorielle de l’Education et la Formation (SSEF 2016-2025).

Selon lui, Le TENASOSP a un double objectif  notamment «  la sélection de meilleurs élèves et leur orientation vers les humanités » :

« Les élèves que nous sélectionnons sont ceux qui, après avoir subi le test des acquis scolaires, vont être certifiés c’est-à-dire obtenir les brevets qui sanctionnent la fin de leurs études. Concernant le deuxième aspect, nous procédons à l’utilisation des tests psychotechniques. Pour cette année, nous avons les tests d’intérêt et d’aptitude qui vont nous permettre de dégager le profil psychologique qui permettant de réunir des éléments », a dit Odon Mulanda.

Le numéro 1 de la DNOSP parle également des  facteurs à réunir dans le processus d’orientation des élèves notamment « les points scolaires, les résultats au TENASOSP et les résultats au test psychotechnique qui permettront de se prononcer sur les avis d’orientation d’élèves », a-t-il précisé.

Odon Mulanda lève toute équivoque entre ce test, et plusieurs autres évaluations certificatives organisées par le ministère de l’EPST, en l’occurrence l’Examen National de Fin d’Etudes Primaires (ENAFEP), qui s’est tenu les 05 et 06 juillet derniers.

« L’ENAFEP et d’autres examens ne se limitent qu’à examiner et évaluer les acquis scolaires. Ils sont liés à un programme. Par contre, le TENASOSP reprend bien sur  la dimension « évaluation des acquis scolaires », mais complétée par le profilage des élèves sur base des tests psychotechniques », a-t-il renchéri.

Bruno NSAKA

Site Officiel MINEPST