Exétat 2020 : Le Ministère de l’EPSP met en garde contre l’organisation des « maquis » par les finalistes du secondaire

Le ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique n’autorise pas l’organisation des « maquis ». Le phénomène dit « maquis » est une pratique qui s’observe généralement à l’approche de la passation des épreuves de l’Examen d’État, en République Démocratique du Congo. Elle désigne l’isolement, des élèves finalistes du secondaire, loin de leurs familles respectives pour aller vivre soit dans leurs établissements scolaires soit dans des familles d’accueil qui leur offrent un cadre, moyennant quelques billets de banque, pour préparer des examens de cette importance. Cependant, la pratique n’est ni autorisée ni reconnue par le ministère de l’EPST.

Dans une interview accordée au site web officiel du ministère de l’EPST, l’Inspecteur Général Adjoint en charge de l’ingénierie de l’enseignement technique et professionnel, Hubert KIMBONZA, a relayé le point de vue des autorités scolaires sur le phénomène dit « maquis ». Pour lui, les autorités scolaires n’autorisent nullement cette pratique, encore moins la Loi-Cadre de l’enseignement national. Par contre, ils reconnaissent les internats qui sont des structures qui fonctionnent au sein des établissements scolaires, principalement dans les provinces.

Cependant, dans la ville de Kinshasa, certaines écoles organiseraient des internements vers la fin de l’année scolaire pour encadrer les élèves. Selon l’IGA Hubert KIMBONZA, ce phénomène n’est pas à encourager de par le fait qu’elle occasionne un libertinage notoire dont jouissent les élèves dans leurs « maquis ». En outre, dans un contexte de la pandémie à coronavirus, l’IGA Hubert KIMBONZA relève l’inopportunité de l’organisation des « maquis ». « Si les parents apprenaient que leurs enfants étaient atteints du coronavirus dans les maquis, ils deviendraient réticents à l’idée d’envoyer leurs enfants à l’école. Voilà pourquoi, puisque gérer c’est prévoir, le ministère de l’EPST s’est dit qu’il n’y aura pas des maquis ou internats dans les écoles », a-t-il martelé.

Par ailleurs, l’IGA Hubert a saisi la balle au bond pour rappeler aux élèves finalistes que l’apposition de la signature sur la souche de l’Exetat 2020 n’excluait, en aucun cas, le renvoi définitif des récalcitrants qui ne respecteront pas la décision des autorités scolaires qui consiste à ne pas organiser des « maquis ».

Il sied de rappeler que conformément au calendrier scolaire réaménagé, le déroulement des épreuves de l’Examen d’État session 2020 est prévu du 07 au 10 septembre prochain sur l’ensemble du territoire national.

Judith KANDI et Sandra KAVIRA

Share Button