L’ONG APE INITIE DES TÉLÉ-DÉBATS POUR LES ENSEIGNANTS DE LA MATERNELLE

La fermeture de tous les établissements d’enseignement  pour éviter la propagation  du covid-19, bien que salutaire  pose préjudice à la fois aux apprenants, parents et enseignants. Car cette situation  ne permet pas  aux professionnels de la craie de garder leur lampe allumée. « Un membre qui ne s’utilise pas s’atrophie » dit-on. Cette règle risque de s’appliquer dans le cas des éducateurs et éducatrices de la maternelle et des autres enseignants à tous les niveaux.

Ainsi, pour garder la flamme allumée de tous ces enseignants en cette période de « temps-mort », l’Agence pour la Promotion de l’Enseignement, APE, une ONG locale évoluant dans le secteur de l’éducation préscolaire et primaire organise des télé-débats. Pour cela, un groupe Whatsapp réunissant les éducateurs et éducatrices  de la maternelle afin de les occuper durant cette période de break due au corona virus par des discussions se rapportant à leur métier.

Comme dans un Réseau d’Ecoles de Proximité (REP), des sujets de discussion sont lancés. Les administrateurs du groupe ou les autres membres peuvent proposer des sujets à débattre dans le respect mutuel et la courtoisie. Les interventions sont libres mais avec un modérateur pour réguler le débat.

Une autre forme d’échanges dans ce groupe, une personne qui joue le rôle d’animateur et une autre celui d’expert ou d’invité.  Les deux personnes discutent sur un sujet annoncé préalablement une semaine avant aux membres. Vient le moment de questions à l’expert. Les textes, les voix et les images sont des moyens d’expressions des membres du groupe.

Dans les deux cas, les sujets développés vont de l’étude du programme national, à la relation parents-école en passant par tous les autres domaines. Pour être plus illustratif, l’importance de matériel didactique, la préparation des leçons, des sujets à problèmes, la gestion des conflits, les textes officiels relatifs à l’enseignement maternel, la connaissance de l’enfant, les techniques d’accueil des enfants, la déontologie de la fonction enseignante, etc. Des informations sur le COVID-19 sont aussi données aux membres à travers un médecin, membre du groupe de riposte qui fait partie du groupe.

Près de 200 enseignants, répartis sur toute l’étendue de la RDC et les autres pays africains s’y trouvent. Educateurs (trices), Directeurs (trices), inspecteurs (trices), promoteurs (trices) font partie de ce forum pédagogique dénommé « VIVE LA MATERNELLE ».

De ce qui est de son organisation, le groupe dispose d’un règlement intérieur adopté par tous les membres. Chaque adhésion d’un nouveau membre est soumise au remplissage en ligne d’un formulaire d’adhésion. Le nouveau membre devant s’engager à être courtois, à participer aux discussions du groupe, à respecter le règlement intérieur. Les administrateurs disposent d’un sous-groupe pour examiner certaines questions et aussi pour décider d’accepter ou non un nouveau membre compte tenu de son profil.

Cette expérience de l’Agence pour la Promotion de l’Enseignement vaut la peine d’être vécue et d’être élargie à d’autres niveaux d’enseignement et/ou par discipline. Cette période de confinement peut être le moment propice d’expérimenter cette pratique qui entre dans l’usage des Technologies d’Information et de Communication (TIC).

Sandra KAVIRA

Share Button