Kisantu : Les prestataires de l’EPST en formation sur le Financement Basé sur la Performance

Les acteurs du secteur de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST) sont en formation de quatre jours, soit du 11 au 14 mars courant, sur le Financement Basé sur la Performance (FBP) à Kisantu, dans la province du Kongo central. Cette formation rentre du Projet d’Amélioration de la Qualité de l’Education (PAQUE), est financés par la Banque mondiale dans le cadre du Partenariat mondial de l’Education.

Les objectifs de cette formation visent à répondre aux domaines d’apprentissage suivants : Accumuler de la connaissance (= savoir), Acquérir des compétences et des aptitudes (= le savoir-faire) et changer de comportement ou d’attitudes (= savoir-être).

« En PBF, nous cherchons à approfondir les trois domaines d’apprentissage qui sont reflétés sur les connaissances (théories, pratiques), les compétences (application des instruments PBF) et l’attitude (façon de devenir agent de changement, de négocier et de gérer les oppositions et conflits », a expliqué l’un des formateurs.

A l’issue de cette formation, les participants doivent être capables de :

– Acquérir les connaissances pour maîtriser les théories, les fonctions, les meilleures pratiques et les outils PBF afin d’assurer la mise en œuvre du financement basé sur la performance ;

– Comprendre le processus de mise en œuvre du PBF ;

– Manipuler les outils de gestion du programme PBF dans le secteur de l’éducation ainsi que le casting ;

– Maîtriser les techniques de vérification dans les structures scolaires et organisation des enquêtes de satisfaction dans la communauté.

– Comprendre la technique du processus de la vérification technique et communautaire ;

– Maîtriser les techniques de collecte des données de vérification technique dans les structures éducatives et ;

– Être informé sur l’évolution des données et subsides sur le portail.

Pour parvenir à engranger tous ces atouts chez les participants, les formateurs ont opté pour quatre étapes principales dans le cycle de l’apprentissage des adultes, à savoir : l’expérience, l’analyse, la généralisation et l’application dans la pratique.

L’expérience consiste à observer, à faire une activité, à offrir à l’apprenant des situations pour simuler le processus d’expérimentation, par exemple : présenter son expérience professionnelle, faire des jeux de rôle, mener des études de cas et répondre à des questionnaires à choix multiples.

Tandis que dans la phase de l’analyse, il s’agira de réfléchir sur l’activité, discuter et fournir une rétroaction pour approfondir l’expérience mais aussi faciliter le dialogue et diriger les travaux de groupe ; la généralisation, quant à elle, vient aider le participant à généraliser à partir de son expérience et à en déduire quelques meilleures pratiques qui pourraient également être appliquées dans la réalité. Après cette étape, vient l’application dans la pratique. Ici, les participants élaborent des plans pratiques pour assimiler ce qu’ils ont appris et sont encouragés à utiliser la généralisation pour changer de comportement afin de devenir plus efficients.

Cependant, pour obtenir le maximum de l’apprentissage, les participants et les facilitateurs doivent :

– Être prêts à sortir de leur zone de confort pour aller vers un environnement de changement ;

– Être responsables de leur propre apprentissage ;

– Avoir une idée claire de leurs attentes personnelles ;

– Participer activement à la dynamique de formation (participation aux travaux de groupe, réaliser des résumés quotidiens et faire des présentations lors des séances plénières) ;

– Faire face à des situations inattendues. Les facilitateurs vont présenter des éléments de connaissance, des aptitudes et des attitudes que certains participants peuvent trouver désagréables ou non réalisables.

Une feuille de route devant conduire désormais les attitudes des uns et des autres, sera mis en place à la fin de ces assises.

Rigobert MUKENDI

Share Button