Delon Kampayi : « 67% d’enseignants sont payés par compte bancaire individuel et 30% par la Caritas »

Des fictifs à l’EPST, Affaire Nouvelles Unités, procédure de recrutement desdites NU et responsabilité du SECOPE dans le circuit de paie, Delon Kampayi, Directeur du Service de Contrôle de Paie des Enseignants (SECOPE) en a fait le point, ce lundi 9 mars 2020. Le numéro un du SECOPE a brisé la spirale du silence aux fins d’éclairer l’opinion face à la controverse née de la dénonciation du Député Tony Mwaba auprès du Procureur Général près la Cour de cassation.

Le Directeur du SECOPE, en tant qu’expert, recadre l’action du Député Tony Mwaba, qui, selon lui, survient trop tôt étant donné que les listes de Nouvelles Unités ne sont pas encore disponibles. Pour s’en convaincre, un comité national constitué d’experts de la Présidence de la République, de la Primature, de l’EPST et de la société civile est encore à pied d’œuvre.

Delon Kampayi affirme que le recrutement des enseignants se fait sur base des commissions d’affectation émises par les gestionnaires des écoles conventionnées ou non-conventionnées. « Le SECOPE ne recrute pas les enseignants et donc ne peut créer des fictifs ; car les fictifs ne peuvent avoir des commissions d’affectation qui sont octroyées par les gestionnaires à travers les services de proximité qui sont les antennes du SECOPE », a-t-il persisté.

124 milliards des francs congolais pour prendre en charge les enseignants

Le numéro un du SECOPE renseigne que le rôle de son Service se limite à la préparation des listes de ceux qui sont éligibles à la paie ; et cette dernière provient des bureaux gestionnaires dont 72% des écoles sont conventionnées catholiques et/ou protestantes et 18 ou 22% des non conventionnées. Et pour lever l’équivoque, il précise que « le SECOPE ne voit l’argent des enseignants que sur papier. Sinon où trouverions-nous cet argent pour payer les enseignants », s’interroge-t-il.

Il sied de signaler qu’aux dires du Directeur du SECOPE, l’Etat, à travers les banques commerciales, dépense 124 milliards des francs congolais pour prendre en charge les enseignants. Et 67% des salaires des enseignants sont payés par compte bancaire individuel et 30% par la Caritas.

En ce qui concerne les arrêtés du Ministre d’État, Willy Bakonga, relatifs à l’administration du SECOPE, le Directeur Delon Kampayi soutient que son Service fonctionne sur base d’un vade mecum précis depuis sa réforme et que l’arrêté du Ministre d’État Willy Bakonga sur les cellules de base du SECOPE visait « à faire correspondre le nombre d’agents superviseurs au nombre d’écoles à superviser ».

Après validation des listes des NU, un audit devra avoir lieu

Sûr de la franchise de ses déclarations, le Directeur du SECOPE se dit très prêt à ouvrir grandement les portes de son Service à quiconque voudrait bien l’auditer. D’ailleurs, soutient-il, « après validation des listes des NU, un audit devra avoir lieu avant financement de la Banque mondiale ».

Très serein, Delon Kampayi, rappelle les audits passés et affirme être prêt à remettre toutes les listes de la base des données du SECOPE à n’importe qui (journaliste, élu du peuple, etc.) afin qu’il aille lui-même vérifier dans les écoles et se rendre compte de l’exactitude de ces dernières.

Cependant, concernant la question des NU, le Directeur du SECOPE appelle à la patience ; car après validation des listes par la commission nationale mise sur pied sur demande de la Banque mondiale, tout Congolais, y compris le Député Tony Mwaba, pourra venir donner son point de vue.

Service de Gestion de Communication

Share Button