EDUC TV : Halte à l’intox, le comité Dieudonné Mfisia & Guy Shungu a été remercié pour malversations financières. [Mise au point]

Il est porté à l’attention de l’opinion les faits qui suivent quant au remerciement du comité Mfisia-Shungu à la tête d’Educ TV.

1. Constitué de Dieudonné Mfisia (Coordonnateur), Guy Shungu (Coordonnateur adjoint), Mimie Engumba (DAF), Floris Badisa (Directeur Technique)…, le comité Mfisia-Shungu a, dès l’arrivée de Willy Bakonga à la tête de l’EPST et sur sa demande, bénéficié d’un élargissement des frais de fonctionnement à hauteur de 40 millions de Francs Congolais jusque là à 10 millions. Cela, dans le but de voir les conditions de travail des employés d’Educ TV ainsi que leurs primes être améliorées car, aux yeux de Willy Bakonga, EducTV devait être au point pour servir d’outil de communication pour soutenir le processus de la gratuité de l’enseignement impulsé par le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi et piloté par le Gouvernement à travers le Ministère d’Etat à sa charge.

2. 3 mois après, le Ministre d’Etat Willy Bakonga découvrira que le coordonnateur et ses collaborateurs ont eu à garder les 30 millions additionnels pour eux-mêmes en lieu et place d’en faire usage pour le bien de la chaîne ainsi que de tout le personnel.

3. Les membres de ce comité ont été naturellement interpellés suite à cela dans son bureau par le Ministre d’Etat Willy Bakonga devant témoins. Et, ils n’ont pas su s’expliquer, fuyant après comme la peste même de répondre aux téléphones les collaborateurs du Ministre de l’EPST mandatés pour avoir la note justificative des dépenses durant les 3 mois.

4. Cela a donné un déclic au Ministre qui va alors s’enquérir de la gestion dudit comité de la chaîne Educ TV. Ce qui, par la suite, mettra en lumière le fait désolant que ce comité, durant une année et demi de gestion, était passé maître dans l’art:
– de l’harcèlement sur la gente féminine de la chaîne;
– du recrutement fantaisiste car on retrouvera, parmi les agents régulièrement payés par le treésor public, des copines, des femmes des membres du comité sortant et même des mineurs (dont un enfant d’un d’entre-eux, simple lycéenne en ce moment);
– du clientélisme,
– du trafic d’influence,
– de la megestion financière en confondant la caisse de la chaîne Educ TV à leurs propres poches.

5. Moralisés dans son bureau au cabinet du Ministère par Willy Bakonga devant témoins, l’ancien comité d’Educ TV n’a pas changé d’attitude dans la gestion de cette chaîne en se montrant d’une insolence incroyable, se faisant passer pour des sujets n’ayant pas de compte à rendre au Ministre pourtant de tutelle. Pire, ils vont déclarer çà et là (des témoins existent) n’avoir des comptes à rendre qu’à Gaston Musemena, ancien Ministre de l’EPSP sous le mandat de qui ils avaient été nommés. Cela, en oubliant que ladite chaîne n’appartient pas à un individu, fut-il Gaston Musemena, hier Ministre, ou aujourd’hui Willy Bakonga. En effet, cette chaîne est propriété du Ministère de l’Enseignement donc du Gouvernement, de l’Etat congolais. Après le revers de leurs malversations financières mises à nu, ils vont donc se mettre à saper l’autorité du Ministre Willy Bakonga et à raconter des contre-vérités auprès de diverses autorités du pays.

6. Face à tout cela, le Ministre d’Etat Willy Bakonga a pris la décision, salutaire pour la chaîne, de les démettre de leurs fonctions.

7. Depuis, ces membres de l’ancien comité s’agitent dans des manœuvres et des campagnes de diabolisation de l’action et la personne de Willy Bakonga, sans pourtant dire au monde qu’eux, qui se présentent aujourd’hui comme des saints, ont été reprochés de tel ou tel autre péché. Sans honte aucune, dans un ultime acte désespéré, ils viennent d’écrire au Chef de l’Etat, Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, pour affirmer :
– n’avoir pas été interpellés avant d’être démis de leurs fonctions,
– n’avoir pas été mis au courant de la remise-reprise,
– n’avoir pas été ceci ou cela, en soutenant que Willy Bakonga est contre l’action du Président de la République.

8. L’opinion devra retenir que ce ne sont là que de beaux gros mensonges. Oui. Ils ont été interpellés avant d’être démis de leurs fonctions sans changer. Ils ont été bel et bien saisis de leur remplacement par le Directeur des Ressources Humaines du Ministère ( les appels téléphoniques enregistrés et gardés à ce jour peuvent en témoigner ainsi qu’autres traces). Même les Ministres sortants du Gouvernement Central n’ont jamais reçu de notifications une fois remplacés. De quel droit donc, le comité sortant d’une sous-structure comme EDUC TV exige du Ministre d’Etat une notification avant son départ! Pourquoi n’ont-ils pas aussi, dans leur mémo au Chef de l’Etat, soutenu le pourquoi de leur départ?
Peuvent-ils le dire? Comment justifient-ils leur gestion durant 1 an et demi alors que la chaîne Educ TV n’a quasiment pas de locaux propres ni même, hélas, des installations hygièniques adéquates?

9. Malgré leurs méfaits, curieux constat, le comité Mfisia-Shungu cherche toujours à récupérer ses postes. La question : n’est-ce pas qu’ils veulent continuer à traiter Educ TV comme leur vache à lait?

10. Messieurs Mfisia et Guy Shungu ainsi que Mme Mimie Engumba passent désormais maîtres dans l’art d’attaquer Son Excellence Willy Bakonga, circulant avec son nom dans des antichambres, boutiquant des campagnes de sape sur les réseaux sociaux depuis leur laboratoire circonstanciel à Nyangwe, et en faisant publier des articles dans des médias en ligne bien identifiés pour dénigrer la personne et l’action de Willy Bakonga. Ils fustigent la nomination des membres du comité entrant au grade de Directeur. Eux mêmes ont été bombardés Directeurs à leur arrivée à EDUC TV alors qu’ils travaillaient en même temps pour d’autres médias concurrents. Diego MFISIA, l’ancien Coordonnateur travaillait à l’époque à NUMÉRICA TV. Son adjoint Guy SHUNGU pour télé 50 et Mimie ENGUMBA pour Radio Okapi.

11. Et eux-mêmes qui accusent le Ministre BAKONGA d’avoir nommé de nouvelles unités, qui les a recrutés? Parce qu’à ce jour, le Secrétaire Général, patron de l’administration de l’EPST, ne reconnaît pas les avoir embauchés, aucune procédure n’a eu lieu quant à ce, juste une instruction du Ministre de l’époque.

12. Par la présente, il est porté à leur attention que les postes au service de l’Etat sont pour servir et non se servir et que personne n’est ni indispensable ni irremplaçable. Même le Président honoraire, qui a fait 18 ans à la tête du pays, a fini par céder son fauteuil. Qui sont- ils ces ex- responsables d’EDUC TV pour se croire éternels et intouchables!
Si aujourd’hui eux sont partis, demain l’actuel comité aussi cédera sa place à un tout autre.

Daudet Lokonda

Share Button