EPST: LE VICE MINISTRE RASSURE LES ÉLÈVES EN COLERE

Les élèves d’une dizaine d’écoles catholiques et  protestantes ont envahi tôt le  matin  de ce  lundi 18 novembre 2019 le cabinet du ministère de l’enseignement primaire secondaire et technique.

Ces élèves  qui sont venus pour la plupart  du  collège Boboto,  du collège Bosembo, du  lycée Bosangani  ainsi que du lycée  Monseigneur Bokeleale   ont  plaidé  pour  des meilleurs conditions  salariales de leurs enseignants qui ont  refusé d’enseigner depuis le début de l’ année scolaire 2019-2020.

Sur  place, ses élèves ont échangé avec le vice-ministre de l’epst.  Didier Budimbu a tranquillisé les élèves et leur a surtout  demandé   de regagner leurs établissements scolaires respectifs  parce qu’il envisage faire une descente sur  le terrain pour s’enquérir de la situation.

Quelques heures plus tard, le vice-ministre qui  était accompagné du directeur de cabinet  du Ministre Willy Bakonga, du directeur national du secope  et du directeur de la province éducationnelle  de  la lukunga  ont fait la  ronde des écoles concernées  par le mouvement de grève.

Du lycée Bosangani au collège Bosembo, en passant par   l’institut  Monseigneur Bokeleale, le vice-ministre et toute son équipe se sont rendu compte de l’ampleur de la situation.

Didier Budimbu et  sa délégation ont  déploré  l’absence des enseignants dans les écoles visitées. Voilà pourquoi,  le vice-ministre  a appelé les enseignants grévistes à la table de négociations, tout en soulignant que les sanctions vont s’en suivre s’ils ne reprennent pas les enseignements.

« Nous allons affecter des nouvelles unités dans les écoles où les enseignants sèchent les cours, s’ils persistent avec la grève » a lâché Didier Budimbu.

Le  Vice-ministre  a tenu à rappeler  que la gratuité de l’enseignement de base lancée par le Président  de la République Felix Antoine Tshisekedi au mois de septembre 2016  reste irréversible et ce qui se passe  actuellement est  inhérents à toute réforme.

Sandra KAVIRA

Share Button