SERNIE : Vers l’attribution du numéro permanent aux élèves d’ici juillet 2019

Share Button

Il s’est tenu ce mercredi 13 février 2019 au Centre National d’Identification Informatisée des Elèves situé dans la commune de la Gombe, une réunion de restitution des travaux de l’atelier résidentiel sur l’interconnexion des bases de données des différents services du Ministère de l’EPSP qui s’est ténu  du 03 au 9 février dernier à Kisantu, dans le Kongo Central. Objectif : peaufiner des stratégies pouvant permettre au Service National d’Identification des Elèves à parvenir à attribuer un numéro permanent à chaque élève d’ici au mois de juillet 2019.

À l’issuE de cette rencontre, il ressort que le SERNIE « Service National d’Identification des Elèves « SERNIE » dispose déjà d’un outil important dénommé « ECOMIL ID » une application qui lui permet d’identifier, de suivre le parcours scolaire des élèves sur toute l’étendue du territoire national de la RDC, de générer automatiquement les listes, numéros d’identification permanent des élèves ainsi que les statistiques.

Les participants à cette réunion de restitution-évaluation ont pu relever quelques faiblesses au niveau de la base des données en constitution depuis le mois de Mai 2018.

Sur une estimation de 20 millions d’élèves, le SERNIE ne dispose que 1.143.530 élèves ce qui ne constitue que 6% d’informations pour l’ensemble de la république pour l’année 2017-2018. Un véritable défi à relever pour ce grand service qui compte près de 498 antennes au niveau des sous-divisions et 48 bureaux au niveau des provinces et plus de 7000 agents.

 Le Directeur national du SERNIE, Noël MAGOMBO BANGA, a saisi l’occasion pour inviter les chefs de division, chefs de bureau et chefs d’antenne de son service et leurs agents présent à conjuguer plus d’efforts pour matérialiser l’objectif final, celui d’octroyer à tout élève congolais de la RDC, un numéro permanent qui l’accompagnera durant son parcours scolaire d’ici la fin de l’année 2018-2019.

Il l’a en outre martelé le fait d’inviter les chefs d’établissements scolaires à une mise à jour régulière des documents administratifs. Ce qui va booster la vitesse dans la récolte des données effectué par les antennes sur le terrain.

Magalie MUSSA