LA BANQUE MONDIALE EVALUE AVEC L’EPSP LES PROJETS QU’ELLE FINANCE

Share Button

Quatre projets dont le projet d’éducation pour la qualité et la pertinence des enseignements aux niveaux secondaire et universitaire, PEQPESU et le Projet d’amélioration de la qualité de l’éducation au niveau Primaire, PAQUE, tous deux, des projets du ministère de l’enseignement primaire secondaire et professionnel, étaient au menu des échanges entre la délégation de la Banque Mondiale conduite par son Directeur des Opérations en RDC et le Ministre de l’EPSP, Gaston Musemena Bongala, le lundi 17 juillet 2017, dans son cabinet du de travail.

Evaluer le financement de la Banque Mondiale dans le secteur de l’éducation a été l’objectif de la visite d’Ahmadou Moustapha Ndiaye qui conduisait une forte délégation auprès du Ministre de l’EPSP. Le Directeur des Opérations de la Banque Mondiale en RDC a salué la signature par le Président de la République de l’ordonnance de mise en vigueur du projet PAQUE.

Ce projet, financé à hauteur de 100 millions de dollars américains par le Partenariat mondial pour l’éducation, PME, vise entre autres la valorisation de la Profession enseignante à travers les instituts de formation de maîtrise et la création d’une cellule d’évaluation des acquis scolaires ainsi que s’assurer que les élèves ont la maitrise de l’écriture et de la lecture avant la fin de leur cycle primaire.

L’autre projet dont l’ordonnance a été signée, c’est le PEQPESU. Il reste le premier projet mené au niveau secondaire qui met un accent sur les apprentissages des sciences et des mathématiques. Il a aussi été financé par la Banque Mondial pour un montant de 200 millions de dollars américains. Le PEQPESU couvre aussi bien l’enseignement secondaire technique et professionnel que supérieur et universitaire.

Gaston Musemena Bongala a apprécié l’engagement de la banque Mondial et des autres partenaires techniques et financiers dans le redressement du secteur éducatif. Il a par cette occasion, plaidé auprès de ses interlocuteurs pour une intervention pertinente en vue de la reconstruction des infrastructures scolaires détruites principalement dans l’espace Kasaï. La remise en état des écoles détruites par les miliciens de Kamwena Nsampu sera inscrite dans le cadre des activités de retentions à l’école pour les élèves des régions du pays. Un soutien qui viendrait en appui aux efforts déjà déployés par le gouvernement de la République par son vaste projet de 1000 écoles.

Diego MFISIA et Aline AMISI