APPEP

CONTEXTE DU PROJET (en cours d'exécution)

La RDC  sort de vingt ans de crise qui ont particulièrement affecté son économie et ses services sociaux.  Dans le secteur de l’éducation, les écoles ne doivent leur survie que grâce aux efforts des familles et des communautés. Les structures locales (conseils de gestion, associations de parents) ont survécu aux périodes de troubles et à l’effondrement du financement public. Les administrations centrales et provinciales du secteur avaient pendant plusieurs années du mal à fournir aux écoles l’appui dont elles avaient besoin. Le suivi du secteur qui a été interrompu, a commencé à reprendre progressivement avec l’appui des projets de l’aide internationale.

Depuis quelques années, une nouvelle dynamique est en cours, avec un budget alloué à l’éducation en augmentation continue. En 2010, une stratégie de développement du sous-secteur de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel a été adoptée. Elle vise à atteindre en 10 ans la scolarité primaire universelle en instaurant la gratuité de l’école et en l’accompagnant des investissements nécessaires (infrastructures, équipements, formation, etc.).

CONVENTION D’AFFECTATION

DESCRIPTION DU PROJET

APEP 2 est financé à la hauteur de 40.000.000 d’euros par les ressources du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) signé le 10 juillet 2013, entre la RDC et la France pour appuyer la mise en œuvre de 3 composantes essentielles, à savoir :

ü  La construction scolaire ;

ü  La formation continue et ;

ü  La mécanisation des enseignants.

LES ACTIONS DU PROJET 

Composante « Accès »

Le projet APEP2, inscrit sa composante 1 la construction de 114 écoles dans 4 provinces administratives de la RDC, à savoir : Kongo-Central, Kinshasa, Kwango et Kwilu.

Avec une approche communautaire, faisant intervenir les communautés locales dans la construction des écoles, ce projet a requis une formation de celles-ci. D’où, la raison de la formation des briquetiers pour former un noyau des fabricants des briques de terre compressées et stabilisées à moindre coût dont la matière première est la terre argileuse mêlée au ciment. Il recourt au Agences Locales d’Exécutions (ALE) dans le Kongo-Central, le Kwango et le Kwilu. A Kinshasa, le projet recrute à travers des appels d’offres les entreprises  pouvant se chargée de la construction de ces écoles.

Composante « formation continue des enseignants »

L’objet de cette composante est d’améliorer la qualité des prestations des écoles par l’évaluation et la formation de ses personnels clés. Compte tenu de l’étendue du territoire de la RDC et des contraintes logistiques du pays, cette composante du projet se limite aux provinces de Kinshasa, du Kongo Central, du Kwango et du Kwilu.

Plus de 10.000 enseignants seront formés dans la province éducationnelle du Kongo-Central 2 et 6 centres de ressources éducatives de la Sous-Division (CRESD) seront installés.

L’objectif général de la Composante Formation Continue de l’APEP2 est d’améliorer la qualité des prestations des écoles par la formation continue des enseignants dans la Province Educationnelle du Kongo-Central 2,il s’agit précisément de :

ü  Améliorer  les pratiques de gestion et de pilotage du dispositif de formation continue au niveau central et dans la Province Educationnelle du Kongo-Central.

ü  Améliorer les pratiques pédagogiques des enseignants, les pratiques d’encadrement et d’animation pédagogiques des inspecteurs, des Conseiller d’enseignement et des Directeurs d’école.

ü  Améliorer les conditions d’accès aux ressources pédagogiques des enseignants et du personnel d’encadrement.

ü  Améliorer les conditions matérielles et logistiques des structures de FCE aux niveaux central et déconcentré.

Composante « Mécanisation des enseignants »

En accompagnement du refinancement d’environ 25.000 enseignants au taux de salaire moyen pendant une année, le programme prévoit la mobilisation d’appuis techniques (expertise et équipement) auprès du SECOPE afin de renforcer ses capacités et l’aider à la mise en œuvre des recommandations faites par les études et audits passés, en cours et à venir.