INSPECTION GENERALE

HISTORIQUE

30 juin 1960 : Inspection scolaire par les missionnaires

1978 : création du Corps des Inspecteurs par Ordonnance présidentielle.

Ordonnance N°91-231 du 15 août 1991 portant Règlement d’administration relatif au corps des Inspecteurs de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel constitue le texte juridique qui régit l’Inspection Générale de la RDC

MISSIONS

Visiter les écoles ; contrôler leur bonne marche ;

Observer, apprécier, conseiller, former le personnel enseignant et contrôler son rendement ;

Evaluer : organiser les jurys et les autres évaluations pédagogiques

Rendre compte des résultats de sa mission aux autorités compétentes du Ministère.

ACCES AU CORPS

Réussir au concours spécial comportant 3 parties :

Un examen en administration scolaire, en pédagogie, en gestion financière et en hygiène scolaire

Un Test de jugement sur la gestion d’une école ; le civisme et la morale

Une Epreuve pratique sur le métier d’enseignant

Se placer en ordre utile

Stage probatoire

STRUCTURE ORGANIQUE

NIVEAU CENTRAL

  • I.G.E (1)
  • I.G.A Chefs de Services (17)
  • I.G.A Membres du Bureau d’études de l’I.G.E (20)
  • I.P (90)
  • I.P.A (128)
  • Inspecteurs en détachement : 23
  • + personnel d’appoint : 332

NIVEAU PROVINCIAL

La RDC compte 30 provinces éducationnelles

  • I.P.P (1)
  • I.P.P.A (7)
  • EXPLOITANTS
  • + Personnel administratif d’appoint

NIVEAU LOCAL

Un pool d’inspection couvre généralement un territoire administratif

  • 318 Pools Primaires,
  • 312 pools Secondaires
  • Inspecteurs Itinérants (Maternel, Primaire, Secondaire, Technique et Professionnel)
  • + Personnel administratif d’appoint

Le corps des inspecteurs de l’Enseignement Maternel, Primaire, Secondaire et Professionnel compte 5.912 inspecteurs repartis de la manière suivante :

  • Maternel : 117 Inspecteurs (trices)
  • Primaire : 2 255 Inspecteurs (trices)
  • Secondaire : 3 540 Inspecteurs (trices), toutes disciplines confondues

N.B : dans son action quotidienne, le corps est secondé par un nombre important d’agents d’appoint.

TRILOGIE DE L’INSPECTION

LE CONTRÔLE :

Corps est mis à la disposition du Ministre pour informer le gouvernement dans les moindres détails de toutes les réalités du pays « Œil et Oreille de l’Etat »

Permet d’établir un diagnostic scientifique et méthodologique du fonctionnement du système éducatif aux niveaux concernés : maternel, primaire, secondaire général normal et technique professionnel.

LA FORMATION :

Se situe au centre de l’action de l’inspection en ce qu’elle permet de combler les lacunes dont question ci-dessus en menant des actions de remédiation.

L’EVALUATION :

Intervient après enseignement-apprentissage (formation) et s’occupe de trois types d’évaluation :

L’Examen de fin de cycle primaire ou ENAFEP

Le jury national du cycle court ou JUNACYC

L’Examen d’Etat du cycle long ou Exétat

DEFIS

  • Mission noble
  • Lourde en termes des ressources financières et matérielles, étant donné :
  • L’étendue du pays,
  • Le nombre d’écoles à visiter,
  • Les difficultés de mobilité,
  • Le coût de la formation continue,
  • Les problèmes liés à la modernisation de son outil de travail.
  • Face aux nombreux défis à relever,

Saluons la venue de la délégation belge

Sollicitons son appui pour un partenariat constructif dans le sens du renforcement des capacités des Inspecteurs (trices) en faveur de l’enfant congolais.