AMELIORATION DE LA QUALITE DE L’ENSEIGNEMENT: LE MINISTRE MUSEMENA RAPPELLE AUX INSPECTEURS LEUR ROLE

Share Button

Le Ministre  de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel a ouvert lundi 13 aout 2018 au centre Thérésianium de Kintambo,  la réunion d’activités   de l’inspection scolaire 2017-2018.

Dans son mot d’ouverture, le patron de l’EPSP  a  tenu à placer  les inspecteurs devant leurs responsabilités. Car pour lui, toutes les critiques émises sur la mauvaise qualité de l’enseignement visent  l’ensemble du ministère mais surtout  les inspecteurs qui ont pour  mission de contrôler, de former et d’évaluer  le secteur.

Le thème retenu pour ces travaux qui se clôturent le samedi 18 aout   est : « Inspecter autrement pour plus d’efficience et d’efficacité de l’acte pédagogique ». Pour le patron de l’EPSP, ce  thème  traduit  l’importance et le rôle particulier de l’inspection scolaire dans la réalisation de la stratégie sectorielle de l’éducation et de la formation 2016-2025.

Il sera donc question  pour ces inspecteurs, considérés comme le cerveau moteur pour un enseignement de qualité,  d’émettre des suggestions afin de  relever le niveau de l’enseignement en République démocratique du Congo.

 En toute franchise, le Ministre MUSEMENA  les a placés  devant leurs responsabilités pour changer leurs méthodes de travail.

En outre,  le patron  de l’EPSP a  souligné  que l’inspection scolaire constitue l’indicateur majeur de degré de mise en œuvre de cette réforme.  Voilà pourquoi, il a appelé   les participants à ces assises a plus de rigueur dans leurs réflexions pour engendrer des résolutions et des recommandations pragmatiques et réalistes en ce qui concerne l’émergence du sous- secteur de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel.

Présent à l’atelier,  l’inspecteur général de l’EPSP, MICHEL DJAMBA a  aussi interpellé les séminaristes. Il   les a invités à procéder à la critique objective sans complaisance  de l’action des inspecteurs dans leurs juridictions respectives.

 «  Il s’agit d’une autocratique productive que l’on attend de vous en vue de l’amélioration de la qualité de notre enseignement national » a martelé l’inspecteur général de l’EPSP.

Pour lui, il est question de  poser des vrais diagnostics, exhaustifs et inclusifs  des réalités de terrain en vue d’une remédiation appropriée. Mais la dimension  « QUALITE » doit être au centre de ces réflexions de six jours, a insisté le Ministre MUSEMENA.

Les inspecteurs principaux provinciaux de Haut-Katanga, du Nord-Kivu 1 et de Tanganyika qui  participent  à ces assises promettent de rectifier les tirs en vue de rencontrer les attentes du ministre de l’EPSP.

Judith KANDI